(Paris) La justice française a repris l’enquête sur les accusations de viol portées par une comédienne belgo-néerlandaise contre le réalisateur français Luc Besson, à qui d’autres femmes reprochent également des agressions sexuelles.

Eleonore DERMY
Agence France-Presse

Après neuf mois d’enquête, les plaintes initiales de Sand Van Roy, 28 ans, avaient été classées sans suite en février par le parquet de Paris, qui estimait n’avoir pu «caractériser l’infraction». La comédienne avait déposé une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, qui a débouché mercredi sur l’ouverture d’une information judiciaire pour «viols», ont indiqué vendredi l’avocat de la jeune femme, Francis Szpiner, et une source judiciaire.

«L’ouverture d’une information judiciaire […] est logique en cas de plainte avec constitution de partie civile», a réagi l’avocat de M. Besson, Thierry Marembert, disant avoir «bon espoir» que le juge d’instruction «arrivera aux mêmes conclusions que le ministère public» ayant classé les premières plaintes.

AFP

Sand Van Roy a exposé son tatou sur le tapis rouge du Festival de Cannes en mai dernier.

Sand Van Roy avait porté plainte pour viol le 18 mai 2018 contre l’influent producteur et réalisateur français de 60 ans au lendemain d’un rendez-vous avec lui au Bristol, un palace parisien. Deux mois plus tard, elle avait dénoncé d’autres viols et agressions sexuelles commises, selon elle, durant deux années d’une «relation d’emprise professionnelle» avec le producteur.

Aux enquêteurs, elle a décrit des rapports oscillants entre humiliations et récompenses et un simulacre toxique de rapport père-fille, selon son entourage.

PHOTO BERTRAND LANGLOIS, AFP

Luc Besson et Sand Van Roy en 2018.

Luc Besson (Le Grand Bleu, The Fifth Element, Lucy) avait été entendu en audition libre par les policiers en octobre 2018, avant d’être confronté à son accusatrice en décembre.

Huit autres femmes l’ont accusé de gestes déplacés ou d’agressions sexuelles, sur le site d’information Mediapart, pour des faits en grande partie prescrits. Certaines ont écrit aux enquêteurs ou été auditionnées par eux.

Une enquête préliminaire visant le cinéaste est également ouverte à Paris depuis février sur les accusations d’une neuvième femme interrogée par Mediapart, selon une source proche du dossier.

Père de cinq enfants, M. Besson est un homme d’affaires influent, à l’origine de la création de la Cité du cinéma au nord de Paris.

Il est une des figures françaises prises dans la vague d’accusations de femmes affirmant avoir été victimes de viols ou d’agressions sexuelles, née dans le sillage de la chute du producteur Harvey Weinstein en octobre 2017, et portée sur les réseaux sociaux par le mouvement #metoo et, en France, #Balancetonporc.