Téléfilm Canada dévoile aujourd’hui le titre du long métrage qui aura l’honneur de représenter le Canada à la prochaine cérémonie des Oscars dans la catégorie – récemment renommée – du meilleur film international. Quels films ont les meilleures chances ? La Presse se prête au jeu des pronostics.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Même si le nom de la catégorie a été changé (pendant des années, on a remis l’Oscar du meilleur film en langue étrangère), les règles restent sensiblement les mêmes. L’Oscar du meilleur film international sera remis à un film tourné majoritairement dans une autre langue que l’anglais.

Chaque pays (87 pays se sont présentés sur la ligne de départ l’an dernier), peu importe l’importance de sa filmographie, sélectionne un seul long métrage digne de le représenter aux Oscars dans cette fameuse catégorie. Ce film doit avoir été exploité en salle pendant au moins une semaine sur le territoire national, entre le 1er octobre 2018 et le 30 septembre 2019. 

Même s’il prendra l’affiche au Québec seulement le 8 novembre, Antigone, récent lauréat du prix du meilleur long métrage canadien au festival de Toronto, sera quand même admissible à la course cette année. La Presse a appris que le film de Sophie Deraspe serait à l’affiche avant la fin du mois dans une salle quelque part au Canada afin de répondre aux critères de l’Académie.

Une première élimination aura lieu au mois de décembre, alors que neuf titres seront retenus. Des comités spéciaux, formés de membres éminents de l’Académie, auront ensuite le mandat de visionner les neuf longs métrages et de choisir les cinq finalistes. L’an dernier, le grand vainqueur fut Roma, du Mexicain Alfonso Cuarón.

Rappelons qu’au cours de l’été, Téléfilm Canada a annoncé l’ajout de critères dont devraient tenir compte les membres du comité chargé de choisir le film retenu, mais que ces nouvelles mesures ont été abandonnées face au tollé général.

En tenant compte de ces données, mesurons les chances des œuvres les plus susceptibles de décrocher la candidature.

PHOTO FOURNIE PAR MK2 | MILE END

Andrée Lachapelle, Gilbert Sicotte et Rémy Girard dans Il pleuvait des oiseaux,
de Louise Archambault 

Il pleuvait des oiseaux


De Louise Archambault
Sorti le 13 septembre 2019
Cette magnifique adaptation du roman de Jocelyne Saucier a tout pour plaire aux membres de l’Académie. La carrière festivalière du film de Louise Archambault s’est amorcée à Toronto, où a eu lieu la première mondiale, et se poursuivra notamment au festival de San Sebastián, en Espagne, où il a été sélectionné en compétition officielle. Depuis sa sortie en salle, Il pleuvait des oiseaux obtient aussi un beau succès public. Ce facteur est non négligeable.

PHOTO FOURNIE PAR MAISON 4 : 3

Nahéma Ricci dans Antigone, de Sophie Deraspe

Antigone


De Sophie Deraspe
Sortira le 8 novembre 2019
La vision contemporaine de la tragédie de Sophocle que nous offre Sophie Deraspe, marquée par une performance puissante de Nahéma Ricci, possède une carte maîtresse dans son jeu : le prix du meilleur long métrage canadien au TIFF. D’où, probablement, cette décision de s’inscrire dès cette année dans la course, en sortant le film pendant une semaine avant la fin du mois, histoire de se conformer au règlement de l’Académie. Il y a deux ans, Hochelaga, terre des âmes, de François Girard, avait utilisé la même stratégie et avait décroché la candidature.

PHOTO FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE

Evelyne Brochu et Patrick Hivon dans La femme de mon frère, de Monia Chokri 

La femme de mon frère


De Monia Chokri
Sorti le 7 juin 2019
Le ton particulier du remarquable premier long métrage de Monia Chokri peut-il être prisé des membres de l’Académie ? Cela reste à voir. Mais même si La femme de mon frère ne correspond pas d’emblée à l’image que l’on se fait d’un film « oscarisable », il a quand même eu l’honneur d’ouvrir la section Un certain regard du Festival de Cannes – ce n’est pas rien – et fut aussi gratifié d’un beau succès public chez nous. Alors, pourquoi pas ?

PHOTO FOURNIE PAR FUN FILM

Émilie Bierre dans Une colonie, de Geneviève Dulude-De Celles 

Une colonie


De Geneviève Dulude-De Celles
Sorti le 1er février 2019
De tous les films québécois admissibles à la course aux Oscars (16, selon ce que La Presse a appris), Une colonie est probablement celui dont le palmarès est le plus impressionnant. En plus de remporter un laurier important sur le plan international – le prix du meilleur film de la section Génération Plus au festival de Berlin –, le très beau premier long métrage de fiction de Geneviève Dulude-De Celles s’est aussi distingué de brillante façon au Canada en remportant notamment le prix du meilleur film de l’année aux Écrans canadiens. Le comité en tiendra compte.

PHOTO FOURNIE PAR FUN FILM

Paul Ahmarani et Théodore Pellerin dans Genèse, de Philippe Lesage

Genèse/Répertoire des villes disparues/La grande noirceur


Le comité pourrait aussi se tourner vers l’un de ces trois titres, qui ont tous été lancés dans de grands festivals internationaux. Genèse, de Philippe Lesage, possède peut-être un léger avantage, dans la mesure où il dispose déjà de l’appui d’un distributeur américain (Film Movement). Répertoire des villes disparues, de Denis Côté, fut en revanche présenté en compétition officielle au festival de Berlin et poursuit depuis une véritable tournée mondiale. Le palmarès de La grande noirceur, de Maxime Giroux, est un peu moins spectaculaire, mais ce film, lancé au festival de Toronto l’an dernier, a ses ardents défenseurs. Précisons enfin que les deux longs métrages de Xavier Dolan ne sont pas admissibles. Le premier, The Death and Life of John F. Donovan, parce qu’il est en anglais, l’autre, Matthias et Maxime, parce qu’il sera à l’affiche seulement le 9 octobre, dépassant ainsi la limite établie par l’Académie. Il le sera l’an prochain.