(Toronto) Hommage spécial à Meryl Streep, soirées de gala consacrées à plusieurs réalisatrices et remise d’un nouveau prix célébrant le talent féminin : les femmes sont à l’honneur du Festival international du film de Toronto qui ouvre ses portes jeudi.

Andrew MARSZAL
Agence France-Presse

De Natalie Portman à Nicole Kidman en passant par Kristen Stewart ou Meryl Streep, plusieurs d’entre elles fouleront le tapis rouge du plus grand festival de cinéma d’Amérique du Nord jusqu’au 15 septembre.

Cette manifestation, qui attire des centaines d’acteurs et de cinéastes, est considérée comme une rampe de lancement vers les Oscars. L’an dernier, Green Book s’y était fait remarquer avant de remporter l’Oscar du meilleur film. Idem l’année précédente pour The Shape of Water.

Sont attendus cette année en première mondiale Jojo Rabbit, une comédie du réalisateur néo-zélandais Taika Waititi se déroulant dans l’Allemagne nazie, et Just Mercy, adaptation de l’autobiographie d’un jeune avocat américain défendant ceux qui sont condamnés à mort à tort, avec en vedette Jamie Foxx, Michael B. Jordan et Brie Larson.

Ces productions se retrouveront aux côtés de poids lourds arrivant directement du festival de Venise en cours, tels que Joker, le film consacré au célèbre adversaire de Batman.

La 76e Mostra de Venise avait provoqué la controverse cette année en ne mettant en compétition que deux films réalisés par des femmes, une tempête aggravée par la sélection du J’accuse de Roman Polanski, toujours poursuivi par la justice américaine pour le viol d’une adolescente en 1977.

À Toronto, les organisateurs de la 44e édition du TIFF (Toronto International Film Festival) ont plutôt jugé « prioritaire » de leur côté de corriger le déséquilibre historique de l’industrie à l’égard des femmes.

« Nous avons vraiment choisi de mettre en avant le genre et la représentation du genre », a déclaré à l’AFP Cameron Bailey, grand patron du festival.

Hommage à Meryl Streep

Plus de 300 longs et courts métrages de 84 pays seront présentés, dont 133 en première mondiale.

Près de la moitié des films de gala du festival sont réalisés par des femmes — neuf sur 20 —, dont les trois de samedi soir, notamment Hustlers, la véritable histoire d’un groupe de stripteaseuses new-yorkaises qui ont escroqué des hommes d’affaires de Wall Street, un film réalisé par Lorene Scafaria où l’on retrouve notamment les superstars de la musique Jennifer Lopez et Cardi B.

Pour la première fois, le festival organise également un « gala hommage » récompensant des carrières exceptionnelles au cinéma.

Meryl Streep, qui fait actuellement la promotion du thriller The Laundromat sur l’affaire des Panama Papers, recevra le premier prix remis à une actrice.

La décision d’honorer l’actrice âgée de 70 ans était « évidente », a fait valoir à l’AFP Joana Vincent, coprésidente du festival, en vantant l’incroyable talent de Meryl Streep et sa « surprenante performance » dans Laudromat. « Et c’est Meryl Streep ! À qui d’autre voudriez-vous remettre votre premier prix hommage ? »

Un prix récompensant les nouvelles cinéastes talentueuses sera aussi remis à la Franco-Sénégalaise Mati Diop, dont le film Atlantique — une histoire fantomatique sur les migrants africains — a remporté le Grand Prix à Cannes.

Le festival ouvre ses portes jeudi avec le documentaire Once Were Brothers : Robbie Robertson and the Band, consacré à un célèbre groupe de rock des années 1960 à Toronto et faisant intervenir des stars du genre comme Bob Dylan, Bruce Springsteen et Eric Clapton.

Au cours de la semaine, Natalie Portman viendra à Toronto promouvoir le drame Lucy in the Sky, tout comme Kristen Stewart pour le thriller politique Seberg et Nicole Kidman pour l’adaptation cinématographique du roman de Donna Tartt, The Goldfinch.