La rentrée marque aussi l’arrivée sur nos écrans de plusieurs longs métrages dont la carrière a déjà été lancée au Festival de Cannes, ainsi que d’autres, qui seront présentés au cours des prochaines semaines à Toronto et ailleurs. Tour d’horizon en 10 films.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Parasite

Il est très rare qu’un film lauréat de la Palme d’or du Festival de Cannes devienne aussi populaire. Non seulement le film de Bong Joon-ho obtient un très grand succès auprès du public coréen, mais il mène aussi une carrière phénoménale en France, ayant attiré plus de 1,5 million de spectateurs. Pour un film de genre, associé au cinéma d’auteur, ce score est exceptionnel. Parasite prendra l’affiche en salle chez nous le 25 octobre.

Il pleuvait des oiseaux

Cette adaptation cinématographique du roman de Jocelyne Saucier, réalisée par Louise Archambault (Gabrielle), met en vedette Andrée Lachapelle, Gilbert Sicotte, Rémy Girard, Ève Landry et Éric Robidoux. Elle sera présentée en primeur mondiale le 7 septembre au festival de Toronto et ouvrira le Festival de cinéma de la ville de Québec le 12. À la fin du mois, elle sera aussi de la compétition officielle du festival de San Sebastián. En salle le 13 septembre.

Antigone

Pour son troisième long métrage de fiction, Sophie Deraspe (Les signes vitaux, Les loups) propose une adaptation contemporaine de la tragédie de Sophocle à travers l’histoire d’une adolescente brillante qui verse du côté de la criminalité en aidant son frère à s’évader de prison. Autour de Nahéma Ricci gravite une distribution de laquelle font notamment partie Nour Belkhiria, Rachida Oussaada, Antoine Desrochers, Rawad El-Zein et Paul Doucet. La première mondiale aura lieu au TIFF le 9 septembre. En salle le 8 novembre.

Kuessipan

Onze ans après avoir coréalisé À l’ouest de Pluton, Myriam Verreault revient au cinéma en proposant ce long métrage librement inspiré de l’œuvre de Naomi Fontaine, aussi cosignataire du scénario. Le récit relate le parcours de deux amies inséparables ayant grandi dans une communauté innue. Tourné à Uashat Mak Mani-Utenam, ainsi qu’à Sept-Îles, Kuessipan met en vedette Sharon Fontaine-Ishpatao et Yamie Grégoire. La distribution comprend également Cédrick Ambroise, Étienne Galloy, Caroline Vachon, Mike Innu Papu McKenzie, Douglas Grégoire, Anniss Desterres et Brigitte Poupart. Au TIFF le 8 septembre en première mondiale, en salle le 4 octobre.

Vivre à 100 milles à l’heure

Déjà lancé au festival d’Angoulême, le plus récent film de Louis Bélanger (Gaz Bar Blues, Les mauvaises herbes) amorcera sa carrière québécoise au Festival de cinéma de la ville de Québec. Mettant en vedette Rémi Goulet, Antoine L’Écuyer et Félix-Antoine Cantin, Vivre à 100 milles à l’heure, en partie inspiré des souvenirs du cinéaste, relate une histoire d’amitié et de petite délinquance, campée à Québec au cours des années 70 et 80. En salle le 27 septembre.

Roubaix, une lumière

Le plus récent film d’Arnaud Desplechin (Trois souvenirs de ma jeunesse, Les fantômes d’Ismaël) a été écarté du palmarès cannois, mais n’en a pas moins suscité des éloges de la presse française. Mettant en vedette Roschdy Zem, Léa Seydoux et Sara Forestier, ce film, qui emprunte les allures d’un polar, est inspiré d’un véritable fait divers survenu à Roubaix en 2002. En salle au mois de novembre.

A Hidden Life

Terrence Malick est un autre cinéaste prestigieux dont la plus récente offrande a aussi été écartée du palmarès cannois. Le réalisateur de The Tree of Life s’est inspiré de faits réels pour évoquer le parcours d’un paysan autrichien, reconnu coupable de trahison par les nazis pour avoir refusé de se battre à leurs côtés. Mettant en vedette August Diehl, Valerie Pachner et Maria Simon, A Hidden Life prendra l’affiche le 13 décembre.

Une manière de vivre

Micheline Lanctôt sera honorée par un prix Hommage Diamant Birks au festival de Toronto, mais son nouveau film sera lancé en primeur lors de la soirée d’ouverture du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, le 26 octobre. Laurent Lucas, Rose-Marie Perreault, Gabrielle Lazure et Pierre-Luc Lafontaine sont les têtes d’affiche de ce drame dans lequel les destins de trois personnages s’entrecroisent. En salle le 1er novembre.

L’acrobate

Cinq ans après L’amour au temps de la guerre civile, l’énigmatique Rodrigue Jean (Full Blast, Hommes à louer) propose enfin un nouveau film. Dans L’acrobate, Sébastien Ricard interprète un professionnel d’âge moyen qui amorcera une relation intime avec un acrobate russe (Yury Paulau), forcé au repos après une chute de trapèze. Ce long métrage sera de la compétition nationale du Festival du nouveau cinéma de Montréal, lequel se déroulera du 9 au 20 octobre.

Portrait de la jeune fille en feu

Lauréat du prix du meilleur scénario au Festival de Cannes cette année, Portrait de la jeune fille en feu nous arrivera à la fin de l’année, précédé d’une rumeur très favorable. Mettant en vedette Adèle Haenel et Noémie Merlant, ce quatrième long métrage de Céline Sciamma (Naissance des pieuvres, Bande de filles), aussi reconnue comme scénariste (Ma vie de Courgette), relate la relation, à la fin du XVIIIe siècle, entre une peintre et son modèle, une jeune femme fraîchement sortie du couvent, qui refuse de poser pour son portrait de mariage. En salle le 20 décembre.