(New York) Amazon a abandonné son projet de quatre films avec Woody Allen en raison des commentaires de ce dernier sur le mouvement #metoo (#moiaussi), qui auraient considérablement compliqué la promotion de ses œuvres, a fait valoir vendredi un avocat du géant du web.

Larry Neumeister
Associated Press

L’avocat Robert Klieger a dit à la juge de district Denise Cote que l’entreprise avait choisi de se protéger après que le réalisateur eut fait « des commentaires publics qui étaient au minimum insensibles face au mouvement #metoo ».

Woody Allen a déposé une poursuite contre Amazon en février et réclame au moins 68 millions US en dommages-intérêts. Selon la poursuite, Amazon a mis fin au contrat en 2017 sans avoir diffusé un film pourtant achevé, A Rainy Day in New York.

Le réalisateur n’était pas présent en cour, vendredi. John Quinn, son avocat, a plaidé devant le juge que l’entreprise avait déjà expliqué qu’elle avait mis fin à l’entente en raison des allégations contre Allen, et non en raison de ses déclarations récentes.

Il a fait valoir que ces allégations étaient « sans fondement » et « dataient de dizaines d’années ». Et celles-ci était de notoriété publique lorsqu’Amazon a signé son contrat avec Allen, a-t-il ajouté.

La fille adoptive du cinéaste, Dylan Farrow, avait déclaré en 1992 que son père l’avait agressée sexuellement lorsqu’elle avait 7 ans. Allen a toujours nié ces allégations.

L’avocat du réalisateur a d’ailleurs révélé qu’il prévoyait lancer malgré tout le nouveau film cet été.

L’avocat d’Amazon a utilisé cet argument pour dire qu’il s’agissait d’une preuve que Woody Allen n’avait pas besoin d’Amazon pour finir ses films.