Trois courts métrages canadiens, deux d’animation et un de fiction, font partie des demi-finalistes (shortlist) toujours en lice dans la course aux Oscars.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Deux films d’animation produits par l’ONF, Physique de la tristesse, du Montréalais Theodore Ushev, et Oncle Thomas : la comptabilité des jours, de Regina Pessoa, sont inscrits dans la catégorie des courts métrages d’animation.

Du côté des courts métrages de fiction, c’est le film Brotherhood, de la réalisatrice québécoise Meryam Joobeur, qui poursuit sa route.

Les présélections des neuf catégories qui en comportent ont été rendues publiques lundi vers 18 h, heure de Montréal. La liste des finalistes dans ces catégories, comme dans toutes les autres, sera annoncée le 13 janvier. Le gala de la 92e cérémonie aura lieu le 9 février.

Par ailleurs, le long métrage Antigone, de Sophie Deraspe, n’a pas été retenu parmi les 10 films toujours en lice pour l’Oscar du meilleur film international.

Notoriété

Joint à Paris, où il planche sur un projet de long métrage d’animation, Theodore Ushev était d’autant plus heureux de sa sélection que la compétition était très forte cette année dans sa catégorie, a-t-il glissé.

Je suis excité. J’étais nerveux. Nous avons sorti le film au milieu de septembre et nous n’avons pas eu le temps de faire assez de bruit autour de lui, alors que beaucoup d’autres ont investi temps et argent dans la promotion de leur film.

Theodore Ushev, réalisateur

« Ç’a été difficile. Par contre, nous avons remporté 16 prix dans des festivals importants, ce qui lui a créé une notoriété », indique-t-il.

Son film, narré en français par Xavier Dolan et en anglais par Rossif Sutherland, a ceci de particulier qu’il est entièrement animé avec la technique de l’encaustique.

Selon le site officiel de l’ONF, le scénario de l’histoire se résume ainsi : « Inspiré d’un roman de l’écrivain bulgare Guéorgui Gospodinov, le film dépeint la vie d’un inconnu naviguant à travers ses souvenirs de jeunesse dans la Bulgarie communiste — cirques, emballages de chewing-gum, service militaire, premiers élans amoureux —, lesquels le ramènent aux sentiments de mélancolie et de déracinement croissants qui plombent son existence d’adulte au Canada : quête éperdue d’un point d’ancrage, d’une famille, de soi. »

Pour M. Ushev, il s’agit d’une troisième présence dans la présélection après Gloria Victoria et Vaysha, l’aveugle, qui s’était rendu jusqu’à la soirée des Oscars de 2017, toujours dans la catégorie des courts métrages d’animation.

Par ailleurs, l’autre film de l’ONF retenu, Oncle Thomas : la comptabilité des jours, de Regina Pessoa, évoque la relation privilégiée que celle-ci a eue avec son oncle, lorsqu’elle était enfant. Le film est un cri d’amour envers cet homme qui a été très important et inspirant dans la vie de la cinéaste.

Brotherhood, de la réalisatrice d’origine tunisienne et maintenant montréalaise Meryam Joobeur, raconte l’histoire de Mohamed (Mohamed Houcine Grayaâ), berger tunisien qui, au retour de son fils de la Syrie, se trouve déchiré entre ses principes moraux et sa loyauté envers sa propre famille. De fait, l’œuvre explore les ramifications du groupe État islamique dans les confins de la Tunisie.

Comme Mme Joobeur est actuellement en Tunisie, c’est l’une des deux coproductrices de Brotherhood, Maria Gracia Turgeon (Midi la nuit), qui a répondu à nos questions. Cette dernière était évidemment aux anges à la suite de cette annonce.

« Il y a beaucoup d’excitation de notre côté, a-t-elle lancé, un sourire dans la voix. C’est tellement magnifique et un honneur de se trouver parmi les 10 demi-finalistes et de recevoir cette tape dans le dos de l’Académie. Notre film a été lancé au TIFF [Festival international du film de Toronto] en 2018 et a été bien apprécié en festival. Je vous dirais qu’il a eu un parcours génial. »

De fait, Brotherhood a été sélectionné dans 150 festivals et a remporté 63 prix. Mme Turgeon, qui a produit le court métrage Fauve, finaliste aux Oscars l’an dernier, est aussi heureuse pour l’acteur Mohamed Houcine Grayaâ qui est, selon ses dires, « le Robert De Niro de la Tunisie ». Il est néanmoins plus connu pour jouer dans des comédies.

Comme on l’a mentionné plus haut, la sélection canadienne pour l’Oscar du meilleur film international, Antigone, de Sophie Deraspe, a vu sa course s’arrêter hier.

Les 10 films qui sont toujours dans la course pour l’obtention de ce trophée sont The Painted Bird (République tchèque), Truth and Justice (Estonie), Les Misérables (France), Those Who Remained (Hongrie), Honeyland (Macédoine du Nord), Corpus Christi (Pologne), Beanpole (Russie), Atlantique (Sénégal), le très célébré Parasite (Corée du Sud) et Douleur et gloire, de Pedro Almodóvar (Espagne).