Le cinéaste d’origine grecque Costa-Gavras sera à Montréal du 11 au 13 octobre dans le cadre du 48e Festival du nouveau cinéma (FNC). Sa venue a été annoncée lors du dévoilement de la programmation, qui comptera 318 films de 72 pays.

André Duchesne
André Duchesne La Presse

Bien connu pour ses longs métrages ZÉtat de siègeMissingAmen. et plusieurs autres, le réalisateur de 86 ans viendra présenter sa plus récente œuvre, Adults in the Room. Adaptation d’un ouvrage de Yanis Varoufakis, le film traite de la crise financière qui a frappé la Grèce de plein fouet en 2015.

Avec Adults in the Room, Costa-Gavras revient au cinéma politique. C’est d’autant plus réjouissant qu’on célèbre cette année les 50 ans de la sortie du film Z. C’est comme si son nouveau film était le Z de 2019.

Zoé Protat, directrice de la programmation du FNC

« C’est une grande fierté d’avoir réussi à amener Costa-Gavras à Montréal. Nous avons travaillé longtemps pour qu’il accepte l’invitation », poursuit-elle.

Le nouveau film du cinéaste renommé sera présenté le 12 octobre au Cinéma Impérial. Pour l’occasion, une Louve d’honneur, du nom des prix du FNC, lui sera remise. Le lendemain, Costa-Gavras donnera une classe de maître gratuite et ouverte à tous. « Ça nous rend fébriles d’enthousiasme », ajoute Mme Protat.

Plusieurs autres invités prestigieux, dont le réalisateur canadien David Cronenberg, sont aussi attendus à Montréal pour le festival. « M. Cronenberg viendra présenter une version restaurée de son classique Crash », précise Zoé Protat.

Films féministes et environnementaux

La directrice de la programmation indique par ailleurs que deux grandes thématiques émailleront la programmation dans toutes les sections : des films féministes et environnementaux.

« La rétrospective de films environnementaux est une idée de Julien Fonfrède, programmateur de la section Temps Ø, précise Zoé Protat. Elle est axée sur des films des années 50 à 2000. À leur sortie, ils avaient été perçus comme des films d’anticipation, de science-fiction ou de genre. Mais en les regardant aujourd’hui, on se rend compte à quel point les thèmes qu’ils abordent [surpopulation, alimentation, etc.] font la une de tous les médias. » Elle cite en exemple Soleil vert de Richard Fleischer, sorti en 1973.

Quant aux films féministes, réalisés autant par des femmes que par des hommes, insiste Mme Protat, on les retrouvera dans toutes les sections du festival.

À plusieurs œuvres contemporaines s’ajouteront des hommages à des cinéastes féministes, dont la regrettée Agnès Varda. De cette dernière, on projettera l’œuvre phare L’une chante, l’autre pas (1977) en version restaurée, ainsi que son plus récent film, Agnès par Varda, d’abord présenté à la Berlinale en février dernier.

Plusieurs films ayant eu un grand rayonnement plus tôt cette année sont inscrits à la programmation du FNC. Parmi eux, notons Sorry We Missed You de Ken Loach, Les fleurs oubliées d’André Forcier, Douleur et gloire de Pedro Almodóvar, ou encore Le jeune Ahmed des frères Dardenne.

À noter enfin que 63 films seront présentés en première mondiale. Le FNC aura lieu du 9 au 20 octobre.

Consultez le site du festival : https://nouveaucinema.ca/fr/