Le grand succès de Bohemian Rhapsody l’an dernier — et sa sélection aux Oscars dans la catégorie du meilleur film — a remis les films biographiques musicaux au premier plan. À l’approche de la sortie de Rocketman, vendredi, La Presse a choisi 10 longs métrages dignes d’intérêt.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Amadeus, Milos Forman (1984)

Parmi les nombreux beaux films que nous a légués le cinéaste Milos Forman, cette adaptation cinématographique de la pièce à succès de Peter Shaffer figure en tête de liste. Lauréat de huit Oscars, Amadeus constitue non seulement un accomplissement remarquable sur le plan cinématographique, mais il a aussi engendré une espèce de phénomène social lors de sa sortie, en faisant pratiquement de Wolfgang Amadeus Mozart une nouvelle pop star. La rivalité entre Salieri (F. Murray Abraham) et Mozart (Tom Hulce) a marqué les esprits.

Offert sur iTunes, YouTube, Google Play, ainsi qu’en Blu-ray/DVD

Behind the Candelabra (V.F. : Ma vie avec Liberace), Steven Soderbergh (2013)

Liberace a ouvert la voie de la flamboyance à des artistes comme Elton John et Lady Gaga. Le drame biographique que lui consacre Steven Soderbergh est tiré d’un récit autobiographique de Scott Thorson. Matt Damon, qui l’incarne à l’écran, n’a d’ailleurs pas craint le port du string ni le fixatif à cheveux ! Le film décrit 10 ans de la relation amoureuse aussi intense que tumultueuse que Thorson a vécue avec Liberace. Michael Douglas offre une composition aussi remarquable qu’étonnante dans le rôle de l’entertainer à la langue bien pendue.

Offert sur iTunes, YouTube, Google Play, ainsi qu’en Blu-ray/DVD

Cloclo – La légende de Claude François, Florent-Emilio Siri (2012)

Mort en 1978, à l’âge de 39 ans, Claude François reste très présent dans l’imaginaire collectif français et, plus largement, du monde francophone. Le créateur de Comme d’habitude fait partie de ces artistes dont les tubes sont connus même de ceux qui n’ont jamais acheté un seul de leurs enregistrements. Florent-Emilio Siri propose un portrait pas toujours flatteur d’un homme qui pouvait aussi être odieux, sur le plan tant professionnel que privé. On nous ramène aussi à une époque où le métier de pop star s’exerçait de façon très différente. Dans le rôle de l’idole, Jérémie Rénier est très convaincant.

Offert sur iTunes

Dédé à travers les brumes, Jean-Philippe Duval (2009)

Il s’est produit aussi quelques biopics musicaux au Québec. Les vies d’Alys Robi (Ma vie en cinémascope), de Gerry Boulet (Gerry) et d’André Mathieu (L’enfant prodige) ont notamment été racontées au grand écran. Neuf ans après sa mort tragique, Dédé Fortin, leader du groupe Les Colocs, a eu droit à « son » film, sous l’égide du réalisateur Jean-Philippe Duval, qui en a aussi signé le scénario. Ce dernier raconte Fortin à travers sa musique, un choix éminemment défendable, tant l’œuvre musicale révèle le tourment intérieur du musicien.

Offert sur iTunes, illico, ainsi qu’en DVD

Gainsbourg (vie héroïque), Joann Sfar (2010)

Le bédéiste Joann Sfar a imaginé une « fantaisie biographique » où tous les protagonistes correspondent à leur légende, que celle-ci soit née d’histoires réelles ou inventée par Serge Gainsbourg lui-même. L’artiste est aussi évoqué à travers les rencontres déterminantes que l’homme à tête de chou a faites dans sa vie : Boris Vian, Juliette Gréco, France Gall, Brigitte Bardot et Jane Birkin, bien sûr. Sfar n’occulte pas la noirceur du personnage, mais la forme du conte lui permet de magnifier le récit et d’emprunter un regard amoureux.

Offert sur iTunes, ainsi qu’en Blu-ray/DVD

I’m Not There (V.F. : I’m Not There – Les vies de Bob Dylan), Todd Haynes (2007)

Todd Haynes dessine un portrait de Bob Dylan éclaté en sept morceaux, dans lequel l’artiste est incarné par six acteurs différents. Mieux : tous ces différents éléments, qui correspondent chacun à l’un des aspects de la vie ou de la personnalité de Dylan, se recoupent et se répondent au fil d’un récit qui tente de saisir l’insaisissable. Dylan n’ayant de cesse de se réinventer tout en cultivant son mystère, l’exploration qu’entreprend Haynes n’en devient que plus fascinante.

Offert sur iTunes, ainsi qu’en Blu-ray/DVD

Selena, Gregory Nava (1997)

Ce biopic de Gregory Nava (El Norte) ne se distingue guère par ses qualités cinématographiques, mais a su faire connaître au grand public américain, deux ans après sa mort, la musique de Selena Quintanilla-Pérez, que l’on surnomma la « reine » de la musique tex-mex. La populaire chanteuse, rappelons-le, fut assassinée par la présidente de son fan-club, soupçonnée d’avoir détourné une partie des revenus des boutiques dont elle avait la gérance. Selena marque aussi l’arrivée de Jennifer Lopez au cinéma dans un premier grand rôle.

Offert sur iTunes, YouTube, Google Play, ainsi qu’en DVD

Straight Outta Compton, F. Gary Gray (2015)

Ce drame biographique, dont l’immense succès a pris l’industrie du cinéma par surprise, retrace une dizaine d’années de la formation mythique N.W.A. La culture américaine allait dès lors devoir composer avec une nouvelle forme musicale, le gangsta rap, issue de la colère et d’un sentiment de révolte. Avec des paroles incitant à la violence et à la misogynie, le cocktail devint vite explosif. Riche en contenu musical, le film l’est tout autant quand les résonances sociales des années 80 s’entremêlent avec celles d’aujourd’hui.

Offert sur Netflix, iTunes, YouTube, Google Play, ainsi qu’en Blu-ray/DVD

Walk the Line, James Mangold (2005)

Dix-huit ans de la vie de Johnny Cash, de ses débuts dans les années 50 jusqu’au célèbre concert enregistré à la prison de Folsom en 1968. Même s’il met l’accent sur les démons intérieurs du musicien, et aussi sur les déboires d’un homme qui, aspiré dans une spirale autodestructrice, touche le fond, le film de James Mangold fait de la relation entre « l’homme en noir » et June Carter, la femme de sa vie, le point d’ancrage de son long métrage. Joaquin Phoenix offre de nouveau une performance transcendante, et l’excellente Reese Witherspoon a obtenu l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle.

Offert sur illico, iTunes, YouTube, Google Play, ainsi qu’en Blu-ray/DVD

What’s Love Got to Do With It (V.F : Peu importe l’amour), Brian Gibson (1993)

L’autobiographie qu’a publiée Tina Turner dans les années 80 est ici portée à l’écran. En plus d’évoquer l’émergence d’une bête de scène, What’s Love Got to Do With It aborde aussi de front le thème de la violence conjugale, jusque-là plutôt rare au cinéma. Ce film se démarque aussi par les remarquables compositions d’Angela Bassett, crédible de bout en bout en Tina Turner (y compris dans les performances musicales), et Laurence Fishburne dans le rôle d’Ike Turner, ancien mari et partenaire de scène de la chanteuse. Les deux acteurs ont d’ailleurs été cités aux Oscars.

Offert sur iTunes, Google Play, YouTube, ainsi qu’en DVD