En DVD

Tom à la ferme

Tom à la ferme

Tom à la ferme

Résumé

Venu assister aux obsèques de Guillaume, son amoureux et collègue mort dans un accident de la route, Tom, publicitaire montréalais, a la mauvaise surprise d'apprendre que dans le village natal du défunt, personne ne sait qui il est. Au contraire, l'inconsolable Agathe est convaincue que son fils vivait en couple avec Sara, une consoeur de travail. Un mensonge que Tom est contraint d'entretenir, à la demande pressante de Francis, frère aîné de Guillaume et exploitant principal de la ferme familiale, prêt à tout pour protéger sa mère d'un plus grand chagrin. Pris au piège par le fermier violent et manipulateur, qui a mis sa voiture hors d'usage, le publicitaire joue sa dernière carte: faire venir Sara - à l'insu de Francis -, en lui demandant de jouer auprès d'Agathe le rôle de la conjointe éplorée du disparu.

Cote La Presse

3.5/5

Votre cote 214 votes

2.7/5

Fermer X

Bande-annonce de Tom à la ferme

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2014-03-28

Classement : 13 ans +

Pays : Canada

Distributeur : Les Films Séville

Date de sortie en DVD : 2014-10-14

Genre : Drame

Durée : 95 min.

Année : 2013

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Xavier Dolan

Montage : Xavier Dolan

Scénario : Michel Marc Bouchard,Xavier Dolan

Photographie : André Turpin

Musique : Gabriel Yared

D'après la pièce de : Michel Marc Bouchard

ACTEURS

Évelyne BrochuXavier DolanLise RoyPierre-Yves CardinalManuel TadrosAnne CaronJacques Lavallée

Notice: Lock - mediaid32b9086e8f1a481081937dc39e994a76, Date Expiry - 1540335177
Publicité

Critique

Tom à la ferme : intense et sans répit

Marc-André 
Marc-André Lussier

On l'a beaucoup dit depuis son lancement à la Mostra de Venise, il y a plus de six mois: Tom à la ferme se démarque nettement des films précédents de Xavier Dolan. Un peu comme si, en abordant l'univers d'un autre (le dramaturge Michel Marc Bouchard, dans ce cas-ci), le cinéaste n'avait plus visé que l'essentiel.

On le sent ici plus concentré. Et davantage en maîtrise de ses moyens. Aux fulgurances de Laurence Anyways, son film précédent, Dolan oppose une histoire qui appelle une certaine sobriété sur le plan narratif. Tom à la ferme étant un film de genre - un thriller hitchcockien, pourrions-nous dire -, le cinéaste s'amuse aussi visiblement avec les codes qui y sont liés. Pendant 95 minutes bien tassées, le spectateur n'a pratiquement aucun répit, aucune occasion de reprendre son souffle. Du début à la fin, Tom à la ferme est branché sur un seul mode: «intense».

Douleur intime

Le récit commence dans un élan de douleur intime. Sur une très belle version des Moulins de mon coeur, chantée a capella par Kathleen Fortin, Tom (Xavier Dolan, tout en fragilité) écrit quelques mots en gros plans, histoire de jeter sur papier une peine si incommensurable qu'elle ne peut être exprimée. Son amoureux vient de mourir.

L'endeuillé rend visite à sa belle-famille à la campagne, histoire d'assister aux funérailles. C'est brumeux, c'est gris, c'est froid, c'est triste. L'arrivée dans ce bled isolé n'a déjà rien de très rassurant. La maison est vide. Très vite, un climat anxiogène s'installe.

C'est la mère du défunt (sublime Lise Roy) qui, la première, accueille le jeune inconnu. La dame ne sait rien de la vie intime de son fils disparu. Ce dernier s'était même inventé une autre réalité, plus «traditionnelle», afin de ne pas éveiller les soupçons auprès de la famille. L'arrivée de Francis (Pierre-Yves Cardinal, tout en épaules), frère du défunt, forcera Tom à se vautrer dans le mensonge. Agressif, homophobe, dégoûté par ceux «dont le sperme ne sert à rien», le frangin ne tardera pas à ruer Tom de coups pour bien se faire comprendre.

Comme un film d'épouvante

Dès cette étape, Dolan emprunte les paramètres du film d'épouvante.

La trame musicale, composée par le vétéran Gabriel Yared, s'harmonise furieusement au récit. Un lien d'attraction-répulsion s'installe entre Tom et Francis, le premier étant dans les faits devenu l'otage de l'autre. Dans ce monde isolé, fêlé et malsain, Tom se voit forcé de rentrer dans le placard et de souscrire à des valeurs allant totalement à l'encontre de ses convictions.

Quand, au dernier acte, débarque Sarah (Evelyne Brochu, toute en aplomb), une amie de Tom qui, à la demande de ce dernier, joue l'amoureuse du défunt inventée par Francis, les choses se compliquent encore plus. Un peu comme si chaque personnage renvoyait alors à la face de l'autre une facette inavouable de sa personnalité.

Magnifiquement mis en images par l'as directeur photo André Turpin, Tom à la ferme est ponctué de scènes puissantes, tant sur le plan visuel que dramatique (la fuite dans les champs, le tango, les rapports de force).

À la fois thriller et drame familial, le film bénéficie aussi des compositions remarquables des quatre acteurs en présence. De la pièce de Michel Marc Bouchard, qui a coécrit le scénario du film avec lui, Xavier Dolan a tiré un véritable film de cinéma. Et un bon.

* * * 1/2

Tom à la ferme. Drame psychologique de Xavier Dolan. Avec Xavier Dolan, Lise Roy, Pierre-Yves Cardinal, Évelyne Brochu. 1h35.

Tom à la ferme: oppressant

Éric 
Éric Moreault

Tom à la ferme représentait pour Xavier Dolan l'occasion de prendre un nouveau départ, après sa trilogie d'amour impossible, et d'explorer un nouvel univers, celui de la puissante oeuvre dramatique de Michel Marc Bouchard. Les amateurs de ses extravagances stylistiques (et ses détracteurs) risquent d'être désarçonnés par ce huis clos anxiogène. Le réalisateur met tout son talent au service du récit, percutant et dérangeant. Une belle réussite.

Dès sa création, en 2011, Tom à la ferme a eu beaucoup de retentissement. La pièce du talentueux dramaturge québécois explore les thèmes de l'homophobie rampante, de l'identité sexuelle et de la famille. Mais aussi la grande solitude d'être piégé par son milieu et la tradition en situant l'action - comme le titre l'indique - à la campagne.

Après la mort de son conjoint, Tom (Xavier Dolan) se rend aux funérailles. Si sa belle-mère Agathe (Lise Roy) ignore tout de leur union, son beau-frère Francis (Pierre-Yves Cardinal) veut la garder secrète. Homophobe fou furieux, ce mâle alpha va se livrer à un jeu de rôles brutal dont Tom deviendra une victime consentante...

La violence ici n'est pas tant physique (quoique...) que psychologique. On pense autant à Bergman qu'à Hitchcock. Dolan y imprime quand même sa propre griffe, en réussissant avec beaucoup de brio à traduire le climat oppressant de la pièce: chaque scène suinte de violence et de malaise.

Tom à la ferme marque un changement de ton évident pour le réalisateur. On le sent plus en contrôle, alternant entre les plans américains et les gros plans inquisiteurs alors que Tom laisse le piège de Francis se refermer sur lui. La musique du grand Gabriel Yared contribue fortement au climat anxiogène qui prend le spectateur à la gorge et ne relâche pas son étreinte.

Si Tom à la ferme a les caractéristiques du drame familial et psychologique, le récit est avant tout un suspense bâti sur l'opposition entre la ruralité et l'urbanité, entre l'hétéro et l'homosexualité, qui se transforme en une relation toxique entre un dominant brutal et un dominé qui souffre du syndrome de Stockholm. Les dialogues ciselés de Bouchard impriment un mélange de cruauté et de séduction comme autant de lames de rasoir. C'est d'ailleurs la principale force du long métrage.

Or, le passage de la scène au grand écran est un exercice casse-gueule. Xavier Dolan évite avec brio la plupart des pièges, même si certaines scènes sont encore imprégnées d'une trop grande théâtralité. Reconnaissons-lui l'audace d'avoir pris des libertés avec la pièce en ajoutant des scènes et même une finale différente, moins violente mais plus cruelle et conséquente.

On évoque souvent le style flamboyant du réalisateur, beaucoup moins son talent d'acteur. Dolan a gagné en assurance et en précision depuis J'ai tué ma mère (2009). Tom lui permet de présenter un jeu plus nuancé et en intériorité, entrant totalement dans la peau du jeune publicitaire complètement désemparé par son deuil et la vie rurale. La distribution est d'ailleurs impeccable.

Xavier Dolan a livré au public quatre films en cinq ans. Son talent manifeste, sa préciosité, sa grande confiance, à la limite de l'arrogance, ne laissent personne différent. Il est rassurant de voir qu'avec ce long métrage, le premier dont il n'a pas signé le scénario, le jeune réalisateur est capable de s'approprier une oeuvre puissante sans la dénaturer. Le prix de la critique internationale à la Mostra de Venise était totalement justifié.

* * * 1/2

Tom à la ferme. Genre: drame psychologique. Réalisateur: Xavier Dolan. Acteurs: Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy, Evelyne Brochu. Classement: 13 ans +. Durée: 1h43.

On aime: le jeu de rôles, les libertés prises par Dolan, la bande sonore anxiogène.

On n'aime pas: une certaine théâtralité.

publicité

Commentaires ( 6 ) Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaires (6)

Commenter cet article »

  • Film en continuité de la vie personnelle du réalisateur et de ses amis sauf que pour moi il est temps qu'il démontre son talent avec un autre sujet et non toujours centré sur lui. Bon suspens sauf que plusieurs irritants de toujours le voir en gros plan même si beau avec ses cheveux couvrant son visage qui est la démonstration de vouloir se cacher sauf que pour le spectateur incompréhensible.
    Plus de monde que d'habitude pour un film d'ici bien. Belle utilisation de notre musique en français pour débuter. Bravo ! La mise en scène est excellente sans coupure avec de très bons comédiens et sujet bien traité. Belle réalisation avec décor à son meilleur.

  • Encore un film de Dolan qui fait l'étalage pour ne pas dire l'éloge de son homosexualité. Complètement narcissique. Il serait peut-être temps qu'il cesse de se contempler et qu'il grandisse un peu.

  • Pour faire court je dirais qu'il y a beaucoup de bon et notamment par rapport à toutes les performances des acteurs, sans exception. Cependant, le film n'est pas tant agréable à voir niveau expérience. Un petit trouble de personnalité qui va peut-être finir par saouler d'autre personne que moi. Je ne le recommande pas, malgré les points forts et un Xavier Dolan excellent.

  • Pour une fois, on a vraiment le temps d'admirer le travail de l'acteur remarquable qu'est Xavier Dolan où il y apparaît avec une lumière qui transperce l'écran, une telle beauté dans cette atmosphère lourde et suspecte! Il m'a bouleversée!

  • Dans ce film très beau, on a le temps d'admirer Xavier Dolan en tant qu'acteur ; il y est remarquable avec une lumière qui transperce l'écran, une beauté dans chaque petit détail, un simple froncement de sourcils, un regard qui veut tout dire; il m'a bouleversée!

  • J’ai eu la chance de visionner le film hier.
    C’est un véritable huis clôt, psychologiquement et physiquement, très déroutant. Âmes sensibles s’abstenir.
    N’étant pas un grand admirateur de Dolan au départ, je dois avouer que ce film est très réussi.
    L'atmosphère hitchcockienne haletante et glauque et l’ensemble du jeu des acteurs à fleur de peau sont dérangants. Comme spectateur j’avais parfois l’impression d’étouffer.
    On sent l’amour de Dolan pour le cinéma. Il puise au très fond de lui-même, et brasse aussi notre très-fond. Il n’emprunte pas la facilité... et c'est que j'aime chez un réalisateur.
    Une scène dans immense garage agricole, qui mélange coke et tango, est époustouflante.
    Une très belle réussite québécoise, mais c’est avant tout un film universel.
    Chapeau à ce jeune cinéaste et son équipe!

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires