• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Sylvain Corbeil et Nancy Grant: d'abord, des voix fortes 

Sylvain Corbeil et Nancy Grant: d'abord, des voix fortes

Sylvain Corbeil et Nancy Grant, producteurs de Metafilms.... (Photo: Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Sylvain Corbeil et Nancy Grant, producteurs de Metafilms.

Photo: Alain Roberge, archives La Presse

Ils travaillent avec les Denis Côté, Anne Émond, Monia Chokri, Xavier Dolan et autres Maxime Giroux. Ils arrivent à La Presse, cellulaire collé à l'oreille, plongés dans de bouillonnantes conversations d'affaires. Ils voyagent pour se rendre dans des festivals ou des lieux de tournage, mais ont très peu de temps pour des vacances. Et ils sont à la tête d'une petite boîte de production qui commence à faire tourner les têtes.

Sylvain Corbeil et Nancy Grant dirigent Metafilms, une maison de production qui compte dans son catalogue des titres tels Diego Star de Frédérick Pelletier, Vic + Flo ont vu un ours de Denis Côté ou encore Laurentie de Mathieu Denis et de Simon Lavoie. Des films qui, à défaut de faire sonner les tiroirs-caisses des salles de cinéma, assurent une partie du rayonnement international du cinéma québécois et font le plein de prix et de commentaires élogieux.

Quelle est la philosophie derrière cette feuille de route impressionnante?

«Je choisis des individus qui ont une vision singulière et claire de leur projet et qui sont capables de l'exprimer à travers le média qui est le cinéma, dit Nancy Grant. Des gens qui sont aussi capables de défendre leurs oeuvres.»

Sylvain Corbeil enchaîne. «On veut d'abord des voix fortes, dit-il. Des propositions qui ont avant tout le langage cinématographique à coeur et qui le mettent au premier plan. Nous voulons des films qui utilisent le langage cinématographique pour créer du sens, pour raconter une histoire, des projets qui cherchent à bousculer un peu les façons de faire établies.»

Leur raisonnement se reflète aussi sur la manière dont ils interprètent ce que d'aucuns qualifient de crise du cinéma québécois. «Nous sommes en phase avec l'époque dans laquelle nous produisons, dit Nancy Grant. Il y a moins d'argent qu'il y en a déjà eu pour faire des films. Pour produire, il faut être créatif, autant comme producteur que comme technicien ou chef de service. Il ne faut pas se dire qu'il y a une seule façon de faire. Pour chaque film, on doit trouver comment le faire avec le budget dont on dispose. Cela prend beaucoup d'ingéniosité et de détermination.»

2013... 2014

Fondée en mai 2003, Metafilms a maintenant soufflé ses 10 chandelles. Si elle a enchaîné de beaux succès depuis ses débuts, l'année 2013 a été marquante pour ceux qui gravitent dans son orbite. À Vic + Flo, Diego Star et le court métrage La tête en bas de Maxime Giroux, il faut ajouter que Nancy Grant a produit le très médiatisé vidéoclip de Xavier Dolan avec le groupe Indochine en plus d'être première productrice de son film Tom à la ferme.

«On a eu une année rayonnante», se réjouit-elle. «C'est une année de consolidation, propose Sylvain Corbeil. Depuis cette année, on nous connaît davantage. Au lieu d'aller vers les gens, les gens viennent vers nous.»

L'année 2014 partira aussi sur les chapeaux de roues, car le tandem sera à la tête de deux productions en tournage dans les premiers mois de l'année, soit Mommy de Xavier Dolan et Félix et Meira de Maxime Giroux, dont une partie a été tournée à Venise, il y a quelques jours.

Le prochain film de Denis Côté, intitulé Que ta joie demeure, devrait aussi être produit plus tard dans l'année. Et si tout va comme ils le souhaitent, les producteurs mettront sur les rails le second film d'Anne Émond intitulé Laurence et les origines.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer