Lancé le 21 décembre dernier, le film Les pee-wee 3D d'Éric Tessier a franchi le cap des deux millions $ de recettes au box-office au cours du week-end. Une marque qui satisfait grandement le producteur Christian Larouche.

Publié le 20 janv. 2013
ANDRÉ DUCHESNE LA PRESSE

«C'est bien de voir un film familial qui fonctionne bien et plaît au public, dit le patron de Christal Films rencontré plus tôt aujourd'hui à l'aréna Georges et Sylvio Manta. Le but était de séduire autant les adultes que les jeunes et je crois que le pari est réussi.»

Au cours des douze derniers mois, seuls deux films québécois, Les pee-wee 3D et Omertà de Luc Dionne, ont franchi la barre des deux millions $.

Également présent à l'aréna, Éric Tessier était tout aussi ravi de la réponse du public. «C'est la première fois que je reçois des commentaires aussi touchants. On dirait que les gens sont profondément émus par l'expérience. Peut-être que mes autres films portaient moins à ce type de réactions», lance en riant M. Tessier qui a signé 5150, rue des Ormes, suspense basé sur le roman de Patrick Senécal.

MM. Larouche et Tessier étaient à l'aréna Georges et Sylvio Manta pour faire don de l'équipement de hockey ayant servi durant le tournage du film. Ce don évalué à 50 000 $ a été remis aux associations de hockey mineur du sud-ouest et de Verdun dans le cadre de la finale d'un tournoi bantam-midget.

«Lorsque nous avons terminé le film, les jeunes voulaient garder l'équipement. Je leur ai dit qu'ils étaient choyés dans la vie et que je voulais le donner à des organismes qui en avaient besoin, dit M. Larouche. Je suis fier de pouvoir le faire car de tels équipements, ça coûte cher.»

Patins, épaulettes, coudes, gants, casques, masques de gardiens de but et même, les chandails des Lynx, l'équipe vedette du film, ont été remis aux deux organisations.

Le film prend maintenant la route du Festival de Berlin où Christian Larouche le proposera au marché international.

Louis Cyr

Le prochain film que Christal proposera au public québécois s'intitule Louis Cyr. Mettant en vedette Antoine Bertrand, il portera sur l'histoire du célèbre homme fort québécois. À lapresse.ca, M. Larouche a mentionné que sa sortie en salle sera légèrement décalée.

«Terminer le film est plus long que prévu en raison des effets spéciaux, etc., dit le producteur. Je voulais qu'il sorte à la fin juin mais pour ne pas faire les choses à la course, mais je crois que je vais le sortir deux ou trois semaines plus tard.»