Le président américain Joe Biden a signé la semaine dernière un décret établissant de nouvelles cibles en matière d’électrification dans l’industrie automobile. L’objectif, fort ambitieux pour une nation qui dépend énormément du pétrole pour se déplacer, est que le tout-électrique occupe de 40 à 50 % des parts de marché en 2030.

Charles René
Charles René La Presse

Pour ce faire, l’administration Biden investira d’abord 3 milliards de dollars américains dans le secteur automobile. La stratégie d’investissement se déclinera sur quatre fronts : le déploiement d’un réseau de bornes national, les mesures incitatives à l’achat de ces véhicules, des investissements dans les constructeurs pour qu’ils assurent la transition tout en permettant leur indépendance dans la chaîne d’approvisionnement de pièces et finalement, l’injection d’argent dans le développement d’énergies propres.

L’administration Biden se penchera également sur les normes d’émissions et de consommation de carburant en se basant sur l’entente ratifiée entre le gouvernement californien et cinq constructeurs (Ford, Honda, Volkswagen Group, BMW et Volvo).

PHOTO EVAN VUCCI, ASSOCIATED PRESS

Le président américain Joe Biden

Les trois géants américains (General Motors, Ford et Stellantis) ont réagi par la voie d’un communiqué commun à cette annonce gouvernementale en appuyant cette nouvelle cible d’électrification. Soulignons qu’ils ont successivement déclaré, lors des derniers mois, leur intention d’investir massivement dans le développement des véhicules électriques.

General Motors, qui a même modifié son logo pour mettre l’accent sur cette nouvelle donne, injectera 35 milliards US dans son volet électrique d’ici 2025. Chez Ford, ce sont 30 milliards US qui seront alloués à l’électrique sur cette même période, alors que Stellantis, qui englobe également les constructeurs du groupe PSA, déboursera 30 milliards d’euros (environ 44 milliards CAN) sur cette même période.

En raison de l’interdépendance des marchés automobiles canadien et américain, cette annonce aura un effet direct sur l’offre de véhicules électriques au pays.