Ne tracte pas une remorque, une embarcation ou encore une roulotte qui veut. En fait, la capacité de remorquage, largement mise en valeur par les constructeurs, ne dit pas tout.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Avant d’aller plus loin, il importe de rappeler que la « force de tirer » diffère d’un modèle à l’autre. Cette différence s’explique par de nombreux facteurs tels la cylindrée, le mode d’entraînement et le rapport de pont. À cela, il convient d’ajouter la présence de certains accessoires précis (refroidisseur d’huile, extension pour les rétroviseurs, circuit de freinage électrique auxiliaire, etc.).

Donc, avant d’utiliser une remorque, mieux vaut connaître par cœur les capacités de son véhicule actuel. Ainsi faut-il tenir compte de la capacité de charge combinée du véhicule et de ce qui se trouve harnaché derrière. Trop souvent, le consommateur néglige cet aspect qui a une incidence importante sur la conduite, la durabilité et la sécurité.

Une option à considérer

Votre véhicule ne suffit pas à la tâche ? Avant de se lancer dans de folles dépenses, la sagesse dicte d’établir ses exigences et la fréquence d’utilisation d’un tel véhicule tracteur. Si votre usage se limite à moins d’une demi-douzaine de fois par année, peut-être pourriez-vous envisager la location à court terme d’un véhicule adapté à vos besoins de remorquage. Plusieurs agences spécialisées proposent ces véhicules en mesure d’exécuter ces tâches en toute sécurité. Le coût peut parfois sembler élevé, mais il demeure bien inférieur à la somme à débourser pour acquérir un véhicule encombrant qui ne correspond pas à votre usage quotidien.

Et si vous devez vous procurer un nouveau véhicule, il importe de connaître au préalable vos besoins avant d’arrêter votre choix.

En clair, on achète ou l’on connaît les spécificités de ce que l’on veut tirer avant d’acheter le véhicule.

Cela évite les fâcheuses surprises. La tâche, plus complexe qu’elle n’y paraît, consiste, dans un premier temps, à recueillir toutes les informations nécessaires. Ensuite, il faut établir au mieux le poids nominal brut combiné (PNBC), c’est-à-dire le poids maximal autorisé du véhicule pleinement chargé en plus du poids de la remorque et de son contenu. À vos calculettes !

Enfin, si vous êtes un néophyte, il importe de vous familiariser avec le comportement de votre véhicule avant d’entreprendre un long voyage. Les manœuvres exigent parfois beaucoup d’adresse et la négociation des virages réclame une bonne dose de concentration et de vigilance. Rien à voir avec le comportement d’une auto…