Ça fait des années qu'on les attend, mais il semble que les premiers véhicules autonomes ne viendront pas au Canada de sitôt. Du moins, tant qu'ils n'auront pas résolu la difficile énigme météorologique que représentent les quatre saisons canadiennes et leurs averses en tout genre.

ALAIN MCKENNA LA PRESSE

Car si on se fie à une étude tout juste publiée par l'Université de Michigan State (MSU), une pluie aussi fine qu'une simple bruine peut venir à bout des meilleurs systèmes de vision par ordinateur.

On n'ose pas imaginer ce qu'une tempête de neige peut avoir comme effet sur ces systèmes...

« La neige, le brouillard et même un froid intense ont un effet sur la navigation automatique.»

-- Hayder Radha, professeur en génie informatique à MSU.

Avec ses collègues, M. Radha tente de trouver la solution à ce dilemme, qui pourrait être aussi simple que de créer une nouvelle « classification » des objets repérés en combinant des caméras vidéo et des radars.

« Jumelés à des caméras, les radars n'ont pas seulement une perception comparable à celle de l'oeil humain, ils acquièrent une vision surhumaine », assure-t-il.

Reste à espérer qu'ils aient la même tolérance au froid...