Un regroupement de constructeurs automobiles et de fournisseurs de services sans fil demande à la Commission européenne d'adopter la même norme qui est actuellement à l'étude aux États-Unis et en Asie, afin d'accélérer la mise en service de ces véhicules sans chauffeur.

Alain McKenna LA PRESSE

Appelée C-V2X, cette technologie repose sur la prochaine génération de réseaux sans fil, appelée 5G, afin d'échanger des données d'un véhicule à l'autre et d'un véhicule à l'infrastructure routière autour de lui.

BMW, Daimler, Ford Europe et le chinois SAIC souhaiteraient que l'Europe fasse de cette technologie une norme, plutôt que de laisser une technologie rivale appelée ITS-5G être adoptée. « Malgré son nom, celle-ci n'a aucun rapport à la technologie 5G et n'est pas une voie d'avenir vers une compatibilité [des véhicules autonomes] avec les réseaux 5G », est-il écrit dans une lettre envoyée par ces constructeurs au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.