Dans la vie, la roue tourne. Pour William Liddiard, elle tourne par en avant, par en arrière, latéralement des deux côtés et même en diagonale.

Publié le 17 juill. 2016
Denis Arcand LA PRESSE

C'est ce que rapporte le quotidien ontarien London Free Press, qui a consacré un article à un inventeur local ayant mis au point un système de roue mécanum (c'est le nom technique de ces roues omnidirectionnelles) plus simple que les systèmes précédents.

Au lieu de roues mécaniques faites de nombreuses pièces mobiles, la roue Liddiard fonctionne avec un pneu en caoutchouc pouvant tourner sur lui même sur la jante en plus de suivre le mouvement normal de la roue comme n'importe quel pneu ordinaire.

Cela permet au véhicule équipé de ces roues de faire une rotation complète, comme un tank, ou de se déplacer latéralement, comme un crabe.

Gros plan d'une roue omnidirectionnelle Liddiard. Photo: YouTube

Les roues mécanum portent ce nom parce que la compagnie suédoise qui les a inventées et brevetées en 1973 s'appelait Mécanum. On ne sait pas si ce brevet a servi à grand-chose, puisque de nombreuses compagnies en ont inventées au fil des ans. Mais ces systèmes mécaniques impliquaient des motorisations complexes assez délicates et sensibles aux mauvaises conditions météo.

C'est pourquoi les principales applications des systèmes actuels se retrouvent dans des entrepôts et des usines, sur des chariots élévateurs et des robots.

William Liddiart affirme sur YouTube que son système pneumatique est tout-terrain, «dix fois plus robuste» que n'importe quel système existant en plus de s'installer sur n'importe quel véhicule, sans modification aucune.

Il espère vendre son invention à un fabricant de pneus.

Les roues omnidirectionnelles actuelles ont des pièces mécaniques complexes et leur usage est limité à l'intérieur. Photo: Wikipédia