Longtemps reconnue comme la voiture la moins chère sur le marché, l'Accent de Hyundai a acquis du même coup la réputation d'un produit bon marché. Le géant sud-coréen en a tout de même vendu des masses, accentuant par là une image de marque trop axée sur l'économie et dont on voulait justement se départir.

Jacques Duval, collaboration spéciale
Jacques Duval, collaboration spéciale MONVOLANT.CA

Pour 2012 et après la Sonata et l'Elantra, c'est au tour de l'Accent de passer sous le bistouri et d'adopter un nouveau look. Sans changer de nom, ce modèle s'est modernisé et réapparaît sous les traits d'une berline quatre portes au style plutôt classique et d'une version cinq portes à hayon d'une ligne à l'européenne plus innovatrice. Au-delà de ses lignes très contemporaines, l'Accent a grandi à un point où elle s'échappe de la catégorie des minis compactes, là où elle faisait la lutte aux Yaris, Fit, Versa, Fiesta et cie.

Une mini éclatée

Son empattement s'est allongé tout comme la carrosserie, ce qui fait de l'Accent la voiture la plus spacieuse de sa catégorie. Ce détail se confirme dans la capacité de l'espace dévolu aux bagages, où l'on peut ranger pas moins de quatre sacs de golf, sans compter que le coffre est entièrement modulable. Au volant, les sièges sont modérément confortables et il appartiendra à l'acheteur d'en estimer la qualité. Notons au passage, la bonne idée d'avoir rendu l'accoudoir central avant amovible, ce qui le rend fonctionnel pour les occupants de toute taille. Le tableau de bord échappe à l'allure bon marché qui est trop souvent le lot des voitures bas de gamme et bénéficie d'un plastique granuleux de belle apparence.

Hyundai s'est montré particulièrement généreux avec l'équipement de série qui comprend, entre autres, quatre freins à disques, un système de stabilité, six coussins gonflables et bien d'autres accessoires.

43 degrés à l'ombre

Mais, que se passe-t-il sous le capot, direz-vous? Les nouvelles sont bonnes là aussi grâce à un moteur à bloc d'aluminium de 138 chevaux que l'on peut commander avec des transmissions manuelle ou automatique à six rapports. Ce quatre-cylindres, foi d'ingénieur, n'est pas entièrement nouveau et il a fait ses preuves sous le capot de divers modèles non commercialisés en Amérique par le constructeur sud-coréen.

Trois groupes d'équipement (GS, GLS et SE) font fluctuer les prix entre 12 000$ et 16 000$ et c'est au volant de la version SE la mieux pourvue que nous avons fait l'essai de cette nouvelle Hyundai dans la fournaise de Las Vegas, alors que le mercure indiquait 43 degrés. Cela permet tout de suite de faire valoir l'efficacité du système d'air climatisé auquel on doit pratiquement la vie.

Ajoutons que l'Accent est une vraie quatre places et les passagers arrière ne devraient pas rouspéter d'avoir à s'y installer. L'aménagement intérieur est généralement réussi, bien que l'on souhaiterait que le rétroviseur sous le pare-soleil de droite puisse être dissimulé (on se tanne de se voir la face) et que l'instrumentation affiche la température extérieure.

Photo Jacques Duval, collaboration spéciale

C'est à l'arrière surtout que la nouvelle Hyundai Accent se démarque de la version berline quatre portes plus classique.

Photo Jacques Duval, collaboration spéciale

Preuve à l'appui... 109 degrés Fahrenheit, en route pour 110.

Des conditions défavorables

Avec la boîte manuelle de la voiture essayée, le levier de vitesse et l'embrayage sont d'une grande douceur tandis que le moteur est fort bien insonorisé, produisant un son grave peu dérangeant. Sans doute à cause de l'élévation, l'Accent mise à l'essai n'avait pas les performances correspondant à ses 138 chevaux, soit la puissance la plus élevée de tous les modèles identiques ou presque. La direction à assistance électrique n'offre pas la sensation de contact que l'on souhaiterait et la colonne n'est réglable qu'en hauteur. On sera ravi par contre du freinage qui permet des arrêts relativement courts.

Avec la nouvelle Accent 2012, Hyundai fait la preuve que l'axiome «jamais deux sans troi » est on ne peut plus exact. En effet, après la Sonata et l'Elantra, ce constructeur vient de réaliser une autre voiture qui a toutes les apparences d'un best-seller.

Faut-il alors se surprendre que la marque coréenne vienne de célébrer son 23e mois consécutif de hausse de ses ventes en Amérique?

Photo Jacques Duval, collaboration spéciale

Le tableau de bord est assez engageant pour une voiture bas de gamme comme la Hyundai Accent 2012.