Le constructeur allemand Opel veut développer des modèles qui seront vendus dans le reste du monde sous les marques du géant américain General Motors, sa maison-mère, décidée à le restructurer seul, a expliqué mardi un de ses responsables.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Après sa berline Insignia, qui doit être vendue très prochainement sur le marché américain sous la marque Buick Regal, «d'autres modèles vont suivre, qui seront développés pour le marché mondial à Rüsselsheim», le siège d'Opel dans l'ouest de l'Allemagne, a déclaré le chef ingénieur de la marque, Jim Federico, au Financial Times Deutschland.

 

GM compte «transformer Buick en marque mondiale» et «a d'autres marchés en vue», après la Chine et les États-Unis, a-t-il ajouté. Les ingénieurs de la marque à l'étoile développeront surtout des petits modèles, ajoute le journal.

 

Selon M. Federico, la stratégie de GM ou de Ford est de «réunir leurs ingénieurs du monde entier pour développer des produits mondiaux», alors «qu'en comparaison (le numéro un européen) Volkswagen réalise la majeure partie du développement en Allemagne», affirme-t-il.

 

Le constructeur, que GM a décidé mercredi dernier de restructurer seul, sans aides publiques, est quasi-exclusivement tourné vers les marchés européens à faibles perspectives de croissance, où il subit en plus la concurrence d'autres marques du groupe GM, comme Chevrolet ou Cadillac. Ses dirigeants espèrent pouvoir se développer sur des marchés à plus forte croissance, mais pourraient alors entrer en concurrence avec les autres marques du groupe.

 

Opel compte investir 11 milliards d'euros dans les prochaines années en nouveaux modèles pour tenter d'enrayer la baisse de ses parts de marchés.