Voilà plus d'une année que Ford nous promet l'arrivée d'une sous-compacte qui changera complètement notre perception des petites voitures, la Fiesta. En effet, ce constructeur américain de réputation mondiale nous taquine depuis des mois avec la version européenne de cette auto qui a été le centre de ses kiosques lors des multiples expositions d'autos, tant aux États-Unis qu'au Canada. Cette fois, ça y est, la Fiesta sera disponible vers la fin de mai chez les concessionnaires Ford près de nous.

Éric Descarries, collaboration spéciale LA PRESSE

Tenant sa promesse de nous proposer presque exactement la même Fiesta que celle commercialisée en Europe, la version nord-américaine nous arrive donc sous la forme d'une berline à quatre portes ou la traditionnelle berline cinq portes avec hayon. Outre l'ajout de la version à quatre portes, la seule différence d'importance avec la version européenne est que nous n'aurons pas droit à un moteur diesel. En effet, le seul moteur qui sera proposé dans cette auto est, pour le moment, un quatre cylindres à essence de 1,6 litre avec calage variable des soupapes qui fait 120 chevaux et 112 livres-pied de couple. Il sera combiné à une boîte manuelle à cinq vitesses ou à une toute nouvelle boîte PowerShift à double embrayage avec six rapports qui fonctionne comme une automatique, une première application de ce type de boîte de vitesse sur un véhicule Ford en Amérique du Nord. Ce type de boîte est plus léger puisqu'il élimine la pompe et le convertisseur de couple que l'on retrouve normalement avec une boîte automatique. Ajoutez à ces caractéristiques techniques une direction avec assistance électrique qui rend la conduite plus facile mais aussi plus précise. Incidemment, Ford a annoncé une consommation moyenne de 7,1 L/100 km en ville et 5,3 sur route pour cette voiture à traction avec la boîte manuelle mais de 6,9/100 km en ville et 5,1 sur route pour celle avec la boîte PowerShift.

 

Malgré qu'elle soit assemblée au Mexique, Ford nous assure que ce sera la même auto que celle construite à Cologne en Allemagne, à Valence en Espagne, en Chine ou en Thaïlande. Selon les statistiques du constructeur, le marché global de la petite voiture passera de 23 millions d'unités en 2002 à quelque 38 millions d'unités en 2012. Mme Chantal Lenard, du groupe de marketing de Ford, croit que la Fiesta (dont déjà plus de 700 000 unités ont trouvé preneur ailleurs dans le monde depuis son lancement à la fin de 2008) saura répondre aux besoins tant des conducteurs urbains que des jeunes automobilistes qui apprécieront ses caractéristiques électroniques de communication au centre de la console, des baby-boomers qui veulent passer à une plus petite voiture, ou des acheteurs de voitures dites «importées».

 

Les prix canadiens débutent donc à 12 999$ pour la berline S de base à quatre portes sans climatiseur. Il y aura aussi la berline quatre ou cinq portes SE, la berline quatre portes SEL et une berline cinq portes SES. Ces deux dernières afficheront respectivement des prix débutant à 18 199$ et 18 899$.

 

L'auto sera disponible en neuf couleurs extérieures et trois couleurs intérieures incluant la possibilité d'une sellerie de cuir, ce qui est plutôt rare dans ce type de voiture. De plus, selon Éric Trépanier, directeur du marketing de Ford Canada, le constructeur s'apprête à offrir hez le concessionnaire des appliques décoratives pour personnaliser la voiture alors que la division des pièces Ford Racing proposera plusieurs accessoires de performance.

 

Parmi les voitures que la Fiesta devra concurrencer, mentionnons la Honda Fit, la Toyota Yaris, la Nissan Versa et même la Toyota Corolla.

 

Les frais de transport et d'hébergement pour ce reportage ont été payés par Ford.