Une nouvelle donnée statistique nuance les problèmes récents de Toyota. Une équipe d'analystes du site américain Edmunds.com révèle que le constructeur nippon est l'un de ceux qui a enregistré le moins de plaintes ces 10 dernières années en regard à la place qu'il occupe sur le marché américain.

Publié le 26 févr. 2010
Sébastien Templier LA PRESSE

Source d'informations de référence sur l'industrie automobile, le site internet a passé au peigne fin les plaintes déposées et enregistrées, entre 2001 et le 3 février dernier, à la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA). Cette base de données répertorie les plaintes déposées par tout individu, plaintes qui ne sont cependant pas systématiquement vérifiées avec exactitude par la NHTSA.

 

Au-delà de cette précision qui s'impose, il ressort tout de même que sur l'ensemble de cette période, Toyota a reçu 9,1% des plaintes totales alors que sa part de marché aux États-Unis a été de 13,5%. Ce qui le place au 17e rang du classement des constructeurs ayant le plus fait l'objet de plaintes. Donc parmi ceux dont il y a le moins à redire. Seuls Mercedes-Benz et Porsche ont fait mieux. Le premier reçoit seulement 1% des plaintes totales alors qu'il n'occupe que 1,5% du marché américain. Le second enregistre 0,1% des plaintes pour une part de marché de 0,2%.

D'après Edmunds.com, le constructeur qui enregistre le plus de plaintes par rapport à la part de marché qu'il détient est... Land Rover: 0,6% des plaintes totales - seulement -, mais pour une part de marché de 0,1% - seulement aussi.

Au deuxième rang suit Suzuki avec 0,9% des plaintes pour une part de marché de 0,4%; au troisième rang, Isuzu avec 0,3% des plaintes pour 0,2 % de part de marché.

Il est intéressant de noter que parmi les 10 premiers constructeurs les plus décriés se trouvent Volkswagen (4e rang), Volvo (6e rang), Chrysler (7e rang), Mazda (8e rang) ou encore Ford (10e rang).

Au 11e rang, General Motors est celui qui concentre le plus de plaintes, soit 25,3% du total, mais il est aussi celui qui vend le plus de véhicules aux États-Unis, en accaparant 24,5% du marché. D'où son classement relativement honorable.

C'est à partir du 12e rang, occupé par Nissan, que l'on voit la proportion de plaintes inférieure à la part de marché.

«Personne ne doit ignorer les problèmes soulevés par les rappels de Toyota, mais il est important également de remettre les choses en perspective, a rappelé par voie de communiqué Jeremy Anwyl, PDG d'Edmunds.com. Un regard élargi montre que les plaintes des consommateurs reflètent un problème de l'industrie, pas seulement un problème de Toyota.»