En 2003, les Ford Focus ZX5, Pontiac Vibe et Toyota Matrix sont arrivées. En 2004, Mazda a récidivé avec la 3 Sport. Plus tôt l'an dernier, Chevrolet a tenté sa chance avec le HHR. Somme toute, la mode des autos à hayon est là pour durer à cause, notamment, de la forte demande pour les véhicules multisegments compacts.

Jean-François Guay LA PRESSE

En 2003, les Ford Focus ZX5, Pontiac Vibe et Toyota Matrix sont arrivées. En 2004, Mazda a récidivé avec la 3 Sport. Plus tôt l'an dernier, Chevrolet a tenté sa chance avec le HHR. Somme toute, la mode des autos à hayon est là pour durer à cause, notamment, de la forte demande pour les véhicules multisegments compacts.

L'habitacle de la PT Cruiser, source d'inspiration pour plusieurs constructeurs, fait montre d'ingéniosité. La hauteur intérieure et la conception de ses sièges lui donnent presque la capacité de chargement d'une fourgonnette: elle est impressionnante. C'est grâce à la banquette arrière qui peut être repliée, ou enlevée complètement, pour faire place à un plancher de chargement plat. Pour plus de commodité, on pouvait commander un siège avant côté passager repliable sur lui-même. Ce qui permet de dégager suffisamment d'espace pour transporter une échelle de huit pieds. De plus, sous le hayon arrière, on retrouvait une table servant à improviser un pique-nique.

Il est facile d'entrer et de sortir de la PT grâce à la hauteur des baquets et la conception des portières. La position de conduite élevée, à mi-chemin entre celle d'une familiale et celle d'une fourgonnette, offre au conducteur un bon champ de vision. Toutefois, la visibilité latérale est réduite par la largeur des piliers «B».

Le moteur de base de la PT Cruiser est un quatre cylindres de 2,4 litres et 150 chevaux. Il pouvait être couplé à une boîte automatique à quatre vitesses ou une boîte manuelle à cinq vitesses. Le pommeau tout rond (semblable à une boule de billard) du levier de vitesses de la boîte manuelle a beaucoup de charme et s'harmonise avec le style rétro et coloré de la planche de bord.

Mais avec une voiture de plus de 1400kg, le moteur atmosphérique de 150

chevaux se révélait un peu juste. Selon le modèle choisi, l'ajout d'un turbo permettait de faire grimper la puissance à 180 ou 220 chevaux. Si vous doutez de la fiabilité de ces deux mécaniques, sachez que ce n'est pas la première fois que les motoristes de DaimlerChrysler s'intéressent à la turbocompression et qu'ils ont fait leurs preuves dans ce domaine. Notons entre autres que les organes du moteur ont été solidifiés pour mieux supporter ce surplus de puissance et de couple.

Même si la PT partage plusieurs éléments avec la Sebring et la défunte Neon (ou SX), les statistiques démontrent qu'elle est plus fiable. Par contre, il ne faut pas croire qu'elle soit au-dessus de tout soupçon. Il serait important de faire inspecter l'ensemble du véhicule: plus particulièrement les fuites d'huile dans la direction, le différentiel, et les amortisseurs arrière. La suspension avant et les freins arrière à disque (option) sont sujets également à quelques problèmes. Même si la voiture a été conçue en un temps record, sa solidité et sa finition n'ont jamais été mises en doute.