InMat, une entreprise du New Jersey, produit des enduits nanocomposites qui améliorent l'étanchéité des polymères et des élastomères. Elle produit, par exemple, des emballages de nourriture écologiques.

René Fagnan COLLABORATION SPéCIALE

InMat, une entreprise du New Jersey, produit des enduits nanocomposites qui améliorent l'étanchéité des polymères et des élastomères. Elle produit, par exemple, des emballages de nourriture écologiques.

Le Groupe Michelin lui a demandé d'étudier l'apport possible de la nanotechnologie aux pneus. Les pneus actuels perdent toujours un peu d'air parce que leur surface interne, recouverte d'une membrane en butyle, est trop perméable.

Il en résulte un pneu mou, déformé, qui offre une résistance au roulement, ce qui augmente la consommation d'essence.

Pour résoudre ce problème, InMat suggère de remplacer la membrane en butyle par l'ajout de nanoparticules d'argile au caoutchouc synthétique et aux plastiques employés dans la fabrication des pneus.

Ces microparticules d'argile créeraient une barrière efficace qui empêcherait l'air de s'échapper. Il en résulterait des pneus moins chers à fabriquer, plus légers, plus étanches et qui rouleraient à une température plus basse. Ainsi, la consommation d'essence serait réduite.

Bientôt sur les rayons?

InMat avoue toutefois que ses recherches n'ont pas encore dépassé le stade des essais sur des membranes en laboratoire.

L'entreprise doit d'abord s'assurer de l'adhésion parfaite des nanoparticules au mélange de la gomme et de sa flexibilité en toutes circonstances.