Coupée en deux

Alain Raymond COLLABORATION SPéCIALE

Coupée en deux

C'est à Issigonis que William Morris, fondateur de la marque du même nom établi à Oxford, confie après la guerre le mandat de concevoir une petite voiture abordable et économique qui soit aussi spacieuse et agréable à conduire. Le fait que l'ingénieur soit aussi amateur de voitures de course est un atout indéniable mais la première version du prototype déplait à Issigonis. En fait, il la trouve esthétiquement «maladroite» et demande immédiatement au responsable du design de «couper la voiture en deux dans le sens de la longueur et de l'élargir de 10 cm en éloignant les deux moitiés» Observez le léger relief le long du centre du capot et vous verrez où sont passés ces centimètres!

La Morris Minor fait donc ses débuts en 1948. Le public l'adopte sans tarder et la Minor deviendra, quelques années plus tard, la première voiture anglaise à dépasser le million d'exemplaires. Ce succès est partiellement attribuable à l'agrément de conduite que procure la Minor. Sa suspension avant indépendante à barres de torsion et surtout sa direction à crémaillère autorisent une agilité et une tenue de route réservées à l'époque aux voitures sport. Les premières Minor sont animées par un 4 cylindres de 918 cc développant 27 chevaux. Évidemment, ce n'est pas beaucoup, mais la petite Minor réussit quand même à dépasser les 100 km/h en vitesse de pointe et se paye en 1951 une première place en catégorie aux 12 Heures de Sebring!

Morris devient en 1952 une division de British Motor Corporation. Un an plus tard, BMC équipe la Minor d'un moteur plus puisant provenant de chez Austin. Ce moulin de 803 cc qui développe 32 chevaux procure à la Minor de meilleures prestations. Toujours en 1953, outre les berlines à deux et quatre portes, la Minor se décline en deux nouvelles versions: le charmant cabriolet Tourer, et la pratique familiale Traveller. Quatre ans plus tard, arrive la Minor 1000 animée par le «gros» moteur de 948 cc de l'Austin A35 dont les 37 chevaux permettent à la petite anglaise joufflue d'atteindre 120 km/h. C'est alors que s'opère le changement d'image de la Minor, une voiture jusque-là pépère, qui commence à plaire aux jeunes automobilistes.

Le million

Au début des années 60, la production de la Minor dépasse le chiffre magique d'un million d'unités, un événement qui sera marqué par la sortie de 1500 Minor peintes couleur lilas et portant la mention «Minor 1,000,000». Comme vous pouvez vous en douter, ce modèle commémoratif est aujourd'hui particulièrement prisé par les collectionneurs.

Exportée aux quatre coins de la planète, la Minor a parcouru aussi bien les brousses africaines que les montagnes d'Asie. Plusieurs milliers de Minor ont aussi été importées en Amérique du Nord et elles comptent aujourd'hui parmi les voitures anglaises recherchées par les collectionneurs. En outre, au fil des ans, et sans doute à cause de ses rondeurs attachantes et de l'affection qu'elle suscite chez les amateurs de tradition britannique, la Minor s'est graduellement transformée en une voiture culte et de nombreux clubs veillent à sa préservation. Il y en a même qui réussissent à la remettre en course dans le cadre des compétitions de voitures historiques qui connaissent une popularité grandissante tant en Europe que chez nous. Ne soyez pas surpris de voir l'été prochain une Minor «compétition» rouler au Québec en courses de voitures historiques.

Rappelons enfin que cette création d'Issigonis, ainsi que la Mini qui vint en 1959, comptent toutes deux parmi les 100 voitures les plus marquantes du XIXe siècle. Good show, Sir Alec.

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

DANS LE RÉTROVISEUR DE LA MORRIS MINOR TRAVELLER 1965

Empattement / longueur / largeur / hauteur, cm: 218 / 376 / 155 / 152

Poids : 750 kg

Moteur : 4 cyl. en ligne, 948 cc, 38 ch à 4800 tr/min, 48 lb-pi à 3 000 tr/min

Transmission : propulsion, boîtemanuelle, 4 vitesses

Suspension avant/arrière : indépendante / essieu rigide

Direction : à crémaillère

Freins : tambours

Pneus : 4x14

Vitesse maxi : 120 km/h

Production (1948 à 1971 tous modèles) : plus de 1,6 million d'unités

Prix (1965) : environ 1 700 $

Valeur (2007) : environ 13 000 $ US (version Traveller)

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

LA MÊME ANNÉE (1965) :

» En Alabama, des marcheurs revendiquant les droits civils des Noirs se font repousser par des gaz lacrymogènes. C'est le «Bloody Sunday».

» L'unifolié devient le drapeau officiel du Canada en remplacement du Red Ensign.

» La Grande-Bretagne abolit la peine de mort.

» Sir Winston Churchill, premier ministre britannique de 1940 à 1945 et un des principaux architectes de la victoire de Alliés, meurt à l'âge de 90 ans.

» Aux États-Unis, Ralph Nader dénonce les défauts de la Chevrolet Corvair dans Unsafe at Any Speed (dangereuse à n'importe quelle vitesse) et lance ainsi le mouvement du consumérisme.

» Le designer de mode Courrèges crée la minijupe tandis que les Rolling Stones «ne peuvent obtenir satisfaction».

Pour joindre notre chroniqueur : alain.raymond@lapresse.ca