Tous les constructeurs, sans exception, cherchent aujourd'hui à élargir leur clientèle, ce qui inclut Harley-Davidson. À cause de son image, la célèbre marque de Milwaukee est néanmoins limitée en matière d'options. Elle ne peut pas, par exemple, lancer une monture de classe aventure ou une petite sportive de 300 cc. La solution consiste donc soit à proposer de nouveaux modèles customs plus abordables, soit à rendre les modèles existants plus accessibles. Ces deux avenues sont empruntées en 2015.

Mis à jour le 23 sept. 2014
Bertrand Gahel LA PRESSE

Street 500 et 750

Offertes respectivement à 8159$ et 8999$, les Street 500 et 750 représentent la première nouvelle plateforme chez Harley-Davidson depuis la V-Rod de 2001. Il s'agit des modèles les moins chers de la gamme américaine. Toutes deux sont identiques, à l'exception de leur cylindrée. Il s'agit de Harley-Davidson complètement différentes de toutes les autres montures de la gamme: elles ne renvoient aucune des sensations mécaniques typiquement associées à la marque. Bref, elles s'adressent aux motocyclistes qui ne cessent de se plaindre (à tort, en passant) que les Harley sont des véhicules dépassés. Dommage, cependant, que la finition et l'attention aux détails soient aussi faibles.

Electra Glide Ultra Classic Low et Ultra Limited Low

Destinées à faciliter le pilotage d'une moto pour une clientèle peu expérimentée ou de petite taille, des versions abaissées «Low» ont régulièrement été présentées par Harley-Davidson dans le passé. Elles étaient néanmoins presque toujours basées sur des modèles de bas de gamme, comme les Sportster. L'introduction en 2015 de versions Low des Electra Glide Ultra Classic (29 839$) et Ultra Limited (32 999$), de modèles de tourisme de luxe, semble a priori illogique, puisque celles-ci s'adressant à des motocyclistes expérimentés. Mais l'idée est plutôt brillante, puisqu'elle rend désormais ces montures accessibles à une clientèle nettement plus large que celle des pilotes très expérimentés

Photo fournie par Harley-Davidson

La Harley Davidson 2015 Touring Electra Glide Ultra Limited Low. 

Freewheeler

Lorsqu'il est question d'accessibilité, le concept des «trike» représente toujours une réponse controversée. Qu'à cela ne tienne, Harley-Davidson continue de démontrer qu'il croit en cette solution en présentant un second «trike» en 2015, le Freewheeler (31 619$). Comme le Tri Glide Ultra Classic se veut la version à trois roues de l'Electra Glide Ultra Classic, le nouveau Freewheeler est la version «trikée» d'une Fat Boy. La nouveauté ne s'adresse évidemment pas au motocycliste moyen, mais plutôt à ceux et celles qui, pour une variété de raisons, n'arrivent pas à piloter une moto traditionnelle en toute confiance. Dans de tels cas, le Freewheeler prend la forme d'un substitut tout à fait acceptable.

Photo fournie par Harley-Davidson

La Harley-Davidson Freewheeler 

Livewire

Bien qu'il ne s'agisse pas pour le moment d'une moto de production, mais plutôt d'un prototype en fin de conception, la Livewire électrique reste une annonce très surprenante de la part de Harley-Davidson. En effet, toujours à cause de son image, le constructeur est généralement coincé, en matière de design, à l'intérieur d'une boîte d'où il lui est très difficile de sortir. Or, la Livewire a justement le rôle de démontrer que, s'il le veut, Harley-Davidson a parfaitement la capacité de concevoir autre chose que des customs animées par de gros V-Twin refroidis par air et destinées à des acheteurs plus âgés.

Photo fournie par Harley-Davidson

La Harley Davidson Livewire. ch

Road Glide

De retour en 2015 après une année sabbatique, la Road Glide (25 579$) a peu à voir avec le thème de l'accessibilité, mais elle représente quand même une intéressante nouveauté. Techniquement, il s'agit essentiellement d'une Street Glide avec une partie avant différente, et c'est d'ailleurs sur ce fameux carénage qui imite les lignes d'un nez de requin qu'on retrouve les innovations. La plus intéressante est sans aucun doute l'attention apportée à l'écoulement de l'air, plus précisément à l'élimination des turbulences au niveau du casque. Grâce à trois ouvertures (qui peuvent être fermées), les turbulences sont effectivement presque absentes à haute vitesse, ce qui est très rare tant dans les customs que dans les routières.

Photo fournie par Harley-Davidson

La Harley Davidson Road Glide.

Maître des customs...

Le fait que Harley-Davidson continue d'être le maître incontesté de la chose custom ne veut décidément pas dire que son avenir sera facile. Le créneau custom est actuellement en perte de vitesse, ce qui fait de la marque de Milwaukee un constructeur qui a potentiellement beaucoup à perdre. Mais ce n'est ni la première ni la dernière crise traversée par la vénérable marque américaine, et les décisions prises pour 2015 démontrent qu'elle semble prête à faire les changements requis pour survivre et progresser. À suivre.

Bertrand Gahel est l'auteur du Guide de la moto.