Quelqu’un a-t-il réellement besoin d’une camionnette de 700 ch pour accomplir ses activités quotidiennes ? Sans doute pas, mais c’est tout de même le pari que Ford a pris pour rendre la version hors route de son F-150, l’iconique Raptor, encore plus concurrentielle face au Ram 1500 TRX.

Publié le 30 juillet
Charles René
Charles René La Presse

Annoncé il y a plusieurs mois déjà et capté à quelques reprises par des vidéastes lorsque Ford effectuait sa mise au point, ce Raptor R inaugure le retour du V8 sous son capot 13 ans après son lancement. C’est d’ailleurs lui qui a lancé ce sous-segment des camionnettes pleine grandeur baroudeuses.

Pour arriver à un tel chiffre de puissance, Ford lui a offert ni plus ni moins que le huit-cylindres Predator de la Mustang Shelby GT500. C’est un V8 de 5,2 L coiffé d’un compresseur volumétrique doté d’une poulie différente pour favoriser le couple à bas régime afin de mieux performer en conduite hors route. La puissance maximale ainsi produite se situe à 700 ch (2 ch de moins que le TRX) et 640 lb-pi (10 lb-pi de moins que le TRX). Une transmission automatique à 10 rapports est responsable d’encadrer ses ardeurs. Nulle part Ford n’avance la consommation de carburant de ce mastodonte, qui devrait être décadente dans un contexte très peu favorable, il va sans dire.

Qu’à cela ne tienne, le Raptor R dispose des éléments nécessaires pour bien se comporter sur des chemins peu hospitaliers avec des amortisseurs Fox ajustables et une suspension arrière multibras, alors que les F-150 de série ont toujours des lames superposées à l’arrière. La garde au sol est de 32 cm et des pneus dignes de Monster Trucks d’un diamètre de 37 po font partie des caractéristiques de série.

Les premiers exemplaires seront assemblés vers la fin de l’année à un prix qui devrait logiquement dépasser les 100 000 $. Oui, c’est excessif.