On a pu le voir pour la première fois au début de l’année en variante L allongée, mais c’est maintenant le moment de jeter un œil sur sa configuration classique qui a façonné sa grande notoriété. Jeep a présenté la semaine dernière son tout nouveau Grand Cherokee qui constituera la première marche d’une gamme de VUS pleine grandeur entièrement réformée au courant de la dernière année.

Charles René
Charles René La Presse

Cette cinquième génération d’un modèle dont les premiers pas remontent à 1992 tente de tirer profit de ses acquis, tout en avançant à petits pas vers l’électrification. Ainsi, le gros VUS pourra maintenant être mû par une mécanique hybride rechargeable, le même groupe motopropulseur employé par le Wrangler 4xe. Promettant 40 km sillonnés sans réveiller le quatre-cylindres de 2 L turbocompressé, il annonce 375 ch et 470 lb-pi de couple.

PHOTO FOURNIE PAR STELLANTIS

Le Jeep Grand Cherokee Summit 4xe

La combinaison, constituée d’un démarreur-alternateur et d’un second moteur électrique logé dans la transmission (huit rapports) à la place du convertisseur de couple, est somme toute classique. Les ingénieurs emploient également un compresseur de climatisation électrique pour diminuer la consommation de carburant.

Les deux autres moteurs proposés sont repris intégralement de la génération actuelle. Le V6 Pentastar de 3,6 L constitue la mécanique de base avec ses 293 ch et 260 lb-pi. Il est toujours couplé à une transmission automatique à huit rapports. Idem pour le V8 Hemi de 5,7 L dont la puissance se situe à 357 ch et le couple à 390 lb-pi. C’est donc moins au compte que la version hybride. Les données concernant les capacités de remorquage se chiffrent à 2812 kg pour le V6, alors que le V8 permet de les faire grimper à 3265 kg. La version 4xe hybride rechargeable se tire pour sa part assez bien d’affaire à cet égard avec 2761 kg, ce qui est largement supérieur à bien des VUS.

Un nouveau châssis

Certes, peu de propriétaires s’aventureront loin au volant de leur Grand Cherokee sur des sentiers peu carrossables, mais la nouvelle plateforme reçoit entre autres l’apport d’une suspension pneumatique de série sur plusieurs versions. Elle peut élever la garde au sol jusqu’à 28,7 cm sur commande, soit 4 cm de plus qu’un Toyota 4Runner. Pour favoriser une plus grande articulation de la suspension et ainsi améliorer la motricité, la livrée Trailhawk ajoute à son arsenal un mécanisme de déconnexion de la barre antiroulis, en plus de diverses plaques de protection vissées sous le châssis.

PHOTO FOURNIE PAR STELLANTIS

L’habitacle du Jeep Grand Cherokee 2022

Évidemment, le rouage intégral est intégré de série avec des capacités qui se raffinent selon les versions choisies. Le système Quadra-Drive II est entre autres pourvu d’un différentiel arrière à glissement limité électronique pour bien répartir le couple de concert avec une boîte de transfert active.

Un visage plus moderne

Gratifié par des voies plus larges, le design de ce Grand Cherokee accède évidemment à une plus grande modernité, mais demeure inévitablement campé sur ses principes. Costaud et anguleux, il reste reconnaissable comme produit Jeep, chose qui rassurera les inconditionnels.

L’habitacle semble vouloir faire grimper le VUS en grade avec une attention aux détails, du moins en photo, qui est perceptible. Le tout est complété par le nouveau système d’infodivertissement Uconnect 5 qui s’est révélé fort agréable à utiliser dans d’autres produits Stellantis. Apple CarPlay et Android Auto sans fil sont inclus, tout comme l’assistant Alexa et un point d’accès sans fil autonome.

Le Grand Cherokee 2022 sera commercialisé d’ici la fin de l’année. Il faudra attendre quelques mois de plus pour voir apparaître les exemplaires 4xe chez les concessionnaires.