Fallait-il vraiment ressusciter le (Grand) Wagoneer ?

Éric LeFrançois
Éric LeFrançois Collaboration spéciale

Un succès revisité

Qui se souvient encore du Grand Wagoneer ? Né il y a près de 60 ans, ce VUS ne présentait pourtant pas les signes extérieurs d’un chef-d’œuvre classique. Pourtant, ce fut un véhicule formidablement précurseur puisqu’il offrait en son temps une façon de voyager confortablement en famille, sans se soucier des impératifs du terrain. Des attributs plutôt communs de nos jours.

Stellantis, groupe récemment formé par Fiat-Chrysler automobiles et PSA, est le participe présent du verbe latin « stello ». Il signifie « parsemer d’étoiles ». Celles-ci font implicitement allusion aux 14 marques qui le composent. Du nombre, on trouve Jeep, sans doute l’astre le plus brillant (lire lucratif) de cette galaxie. Celui qui offre également, aux yeux de ses dirigeants, les meilleures perspectives de développement dans cet univers (sur)peuplé de VUS.

  • L’architecture du Jeep Grand Wagoneer dérive très étroitement de celle de la camionnette RAM 1500.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    L’architecture du Jeep Grand Wagoneer dérive très étroitement de celle de la camionnette RAM 1500.

  • Une fois calé dans les fauteuils avant, la qualité de présentation suscite l’étonnement. L’ambiance intérieure évoque une salle de séjour à l’ère numérique.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Une fois calé dans les fauteuils avant, la qualité de présentation suscite l’étonnement. L’ambiance intérieure évoque une salle de séjour à l’ère numérique.

  • Si on inclut le bloc d’instrumentation, le Grand Wagoneer compte quatre écrans à haute définition à l’avant et jusqu’à trois autres (la configuration des sièges dicte le nombre) dans la rangée médiane.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Si on inclut le bloc d’instrumentation, le Grand Wagoneer compte quatre écrans à haute définition à l’avant et jusqu’à trois autres (la configuration des sièges dicte le nombre) dans la rangée médiane.

  • Dans le marché du haut de gamme automobile, la marque américaine est pour ainsi dire inconnue au bataillon et la crédibilité d’un Jeep d’élite reste à établir.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Dans le marché du haut de gamme automobile, la marque américaine est pour ainsi dire inconnue au bataillon et la crédibilité d’un Jeep d’élite reste à établir.

  • Malgré la présence d’une suspension arrière indépendante et de ressorts pneumatiques, le Grand Wagoneer se laisse trop aisément secouer sur un parcours bosselé.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Malgré la présence d’une suspension arrière indépendante et de ressorts pneumatiques, le Grand Wagoneer se laisse trop aisément secouer sur un parcours bosselé.

  • Le Grand Wagoneer rappelle, si besoin est, que les habitacles s’inspirent davantage de l’univers domestique et s’imposent dorénavant comme des espaces intermédiaires entre le travail et la maison.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Le Grand Wagoneer rappelle, si besoin est, que les habitacles s’inspirent davantage de l’univers domestique et s’imposent dorénavant comme des espaces intermédiaires entre le travail et la maison.

  • Avec plus de 2,5 tonnes à mouvoir, le Grand Wagoneer retient les services d’un V8 de 6,4 L qui incite à presser la pédale d’accélérateur avec modération.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Avec plus de 2,5 tonnes à mouvoir, le Grand Wagoneer retient les services d’un V8 de 6,4 L qui incite à presser la pédale d’accélérateur avec modération.

  • Les Wagoneer et Grand Wagoneer ne craignent pas les bains de boue et n’hésitent pas à franchir les gués.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Les Wagoneer et Grand Wagoneer ne craignent pas les bains de boue et n’hésitent pas à franchir les gués.

  • Les Wagoneer et Grand Wagoneer occupent le même espace dans la rue. Les différences, on les trouve principalement du côté des accessoires, de la cylindrée du moteur et, naturellement, du prix.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

    Les Wagoneer et Grand Wagoneer occupent le même espace dans la rue. Les différences, on les trouve principalement du côté des accessoires, de la cylindrée du moteur et, naturellement, du prix.

1/9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour du Wagoneer et du Grand Wagoneer au catalogue après une si longue éclipse tient d’un raisonnement logique et cohérent. Sur l’échiquier actuel, la marque américaine ne comptait dans ses rangs aucun véhicule susceptible de livrer bataille aux Ford Expedition, Chevrolet Tahoe et autres utilitaires de grand format. Pas plus que ne figurait dans son offre un VUS capable de se mesurer au beau linge de la catégorie comme les Lincoln Navigator, Range Rover ou Cadillac Escalade, pour ne nommer que ces trois-là. Avec le Wagoneer et le Grand Wagoneer, Jeep veille à colmater les brèches et ratisse plus largement le terrain.

Avant d’aller plus loin, il importe de définir le rôle des Wagoneer et Grand Wagoneer et de relever leurs particularités. Comme l’indique notre fiche signalétique, ces deux véhicules occupent le même espace dans la rue. Les différences, on les trouve principalement du côté des accessoires, de la cylindrée du moteur et, naturellement, du prix. Il y a aussi d’autres éléments (esthétiques et techniques) qui les distinguent, mais schématiquement résumé, ces deux Jeep offrent des prestations de base assez semblables.

Dans le but de faire étalage de son savoir-faire et de sa maîtrise, Jeep met en exergue la conformité du Grand Wagoneer (dont le prix dépasse les 120 000 $ dans sa déclinaison la plus luxueuse) aux grandes exigences du haut de gamme automobile.

Il est vrai que, sur ce marché, la marque américaine est pour ainsi dire inconnue au bataillon et que la crédibilité d’un Jeep d’élite reste à établir. Il sollicite donc un certificat d’honorabilité. À ce sujet, il est étonnant que les responsables de la marque n’aient pas consenti un effort supplémentaire en proposant une garantie de base équivalente à celle des marques élitistes. Cela aurait également permis de rassurer les consommateurs sur la fiabilité.

Attention à la marche

Dégoulinant de chrome, le Grand Wagoneer invite à grimper à bord à l’aide de marchepieds insuffisamment adhésifs lorsqu’ils sont détrempés. Prudence ! Une fois calé dans les fauteuils avant, la qualité de présentation suscite l’étonnement. L’ambiance intérieure évoque une salle de séjour à l’ère numérique. On trouve des écrans partout et ceux-ci – on n’en a pas toujours l’habitude – s’intègrent parfaitement au mobilier agrémenté de touches de noyer (américain, bien sûr) ou d’aluminium selon la déclinaison retenue, mais aussi de cuir et de cuivre.

Le graphisme est soigné, intuitif et se configure selon l’humeur et les besoins. Si on inclut le bloc d’instrumentation, le Grand Wagoneer compte quatre écrans à haute définition à l’avant et jusqu’à trois autres (la configuration des sièges dicte le nombre) dans la rangée médiane. Chose certaine, le Grand Wagoneer rappelle, si besoin est, que les habitacles s’inspirent davantage de l’univers domestique et s’imposent dorénavant comme des espaces intermédiaires entre le travail et la maison.

Le Grand Wagoneer propose des baquets dans sa rangée médiane. L’acheteur peut y substituer une banquette pleine largeur cependant. Dans le cas du Wagoneer, c’est le contraire. Le dégagement est excellent, y compris dans la troisième rangée, mais l’accès à celle-ci exige tout de même certains talents de contorsionniste. Quant au coffre, il n’a rien de ridicule, bien au contraire, et même avec tous les dossiers en position, le Grand Wagoneer surclasse l’ensemble de ses concurrents.

Du costaud

Le Grand Wagoneer excelle aussi dans un autre domaine : sa capacité de remorquage remarquable. Cela se comprend. L’architecture de ce modèle dérive très étroitement de celle de la camionnette RAM 1500. Voilà qui explique en partie certaines similitudes dans le comportement routier de ces deux modèles.

Étonnamment, malgré la présence d’une suspension arrière indépendante et de ressorts pneumatiques, le Grand Wagoneer se laisse trop aisément secouer sur un parcours bosselé. Des tremblements qui s’effacent dès que la chaussée présente peu ou pas d’aspérités. Dès lors, ce Jeep fait preuve d’une remarquable stabilité et affiche un confort apaisant. Sur les voies rapides, il n’y a guère à redire. Dans les sentiers non plus. Les Wagoneer et Grand Wagoneer ne craignent pas les bains de boue et n’hésitent pas à franchir les gués.

Sur les routes tortueuses ou dans les villes, c’est une autre histoire.

Déjà peu maniable en raison de ses dimensions extérieures, le Grand Wagoneer souffre également d’une direction molle et surassistée pour masquer son poids éléphantesque.

Le Grand Wagoneer imprime son rythme indolent dans les virages et laisse sa carrosserie tanguer comme un bateau. Le sous-virage se matérialise très tôt, le freinage s’édente rapidement lorsque sollicité trop durement à répétition.

Prescrivons donc une conduite coulée qui sera d’autant plus agréable pour les finances personnelles et l’environnement en général. Avec plus de 2,5 tonnes à mouvoir, le Grand Wagoneer retient les services d’un V8 de 6,4 L qui incite à presser la pédale d’accélérateur avec modération. Le V8 de 5,7 L associé à une unité électrique légère offert sur le Wagoneer apparaît le choix le plus sensé dans tous les domaines, jusqu’à ce que Jeep lance la production d’une version hybride rechargeable. Celle-ci, plus dans l’air du temps et socialement plus acceptable, pourrait alors justifier un peu mieux la résurrection de cette famille d’utilitaires.

Consultez le site de Jeep Canada

Fourchette de prix

De 69 995 $ à 120 995 $

Frais de transport et de préparation

2495 $

On aime

Habitacle « branché »
Dégagement intérieur
Comportement serein sur les autoroutes et grands boulevards

On aime moins

Garantie associée à une marque « généraliste »
Consommation abyssale
Comportement empesé

Notre verdict

Quand Jeep se donne des airs de Range Rover

Fiche technique

PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

Jeep Grand Wagoneer 2022

Moteurs

V8 ACC 5,7 L hybride (Wagoneer) : 392 ch à 5600 tr/min, 404 lb-pi de couple à 3950 tr/min
V8 ACC 6,4 L (Grand Wagoneer) : 471 ch à 6000 tr/min, 455 lb-pi de couple à 4400 tr/min

Performances

Poids : 2808 kg (Wagoneer) – 2876 kg (Grand Wagoneer)

Rapport poids-puissance : 7,1 kg/ch (Wagoneer), 6,1 kg/ch (Grand Wagoneer)

Capacité maximale de remorquage : 4536 kg (5,7 L), 4468 kg (6,4 L)

Boîte de vitesses

De série : automatique à 8 rapports

Optionnelle : aucune

Mode d’entraînement : 4 x 4

Pneus

275/65R18 (avec groupe tout-terrain)
275/55R20 (de série Wagoneer et Grand Wagoneer)
285/45R22 (de série Grand Wagoneer Séries II et III)

Capacité du réservoir et essence recommandée

100,3 L

Ordinaire

Consommation

15,1 L/100 km (Grand Wagoneer)

Dimensions

Empattement : 3124 mm, longueur : 5453 mm, hauteur : 1921 mm, largeur : 2124 mm

À revoir

PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE STELLANTIS

Jeep Grand Wagoneer 2022

Beau temps, mauvais temps, ils luisent, ces marchepieds escamotables. Offerts de série sur le Grand Wagoneer, ils se révèlent cependant de véritables savonnettes et mériteraient assurément l’application de bandes adhésives additionnelles avant que la production n’atteigne son rythme de croisière.

Un record de longévité

PHOTO FOURNIE PAR JEEP

Jeep Grand Wagoneer

Apparu en 1963 pour succéder au Willys Jeep Station Wagon, le Grand Wagoneer est demeuré, sans changement structurel important, en production pendant 28 ans. Un record de longévité au sein de l’industrie automobile américaine, toutes marques confondues. Très prisé par les Américains dans les années 1960 et 1970, le Grand Wagoneer a par la suite vu son étoile pâlir rapidement, principalement en raison de sa technologie surannée et de l’appétit vorace de son moteur. Il s’effacera en 1991.

Faites part de votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Audi e-Tron, Ford Bronco, Hyundai Veloster, Infiniti QX60, Lexus NX, Nissan Z, Subaru BRZ et Toyota Tundra. Si vous possédez l’un de ces véhicules, nous aimerions bien vous lire.

Écrivez-nous pour nous faire part de votre expérience