Après cinq années de carrière, cet utilitaire aurait logiquement dû se moderniser en profondeur. Le modèle qui vient d’être présenté comporte un certain nombre d’améliorations, mais elles s’apparentent davantage à un coup de plumeau. Un frein à la vaste opération de relance orchestrée autour du renouvellement réussi de l’Outlander, il y a quelques semaines.

Éric LeFrançois
Éric LeFrançois Collaboration spéciale

Jusqu’ici, l’Eclipse Cross et son style anguleux ont suscité davantage de scepticisme que d’enthousiasme. Non sans raison. La conception de l’Eclipse Cross se trouvait déjà figée depuis un bon moment lorsque Mitsubishi a intégré l’alliance Renault-Nissan.

Donc, plutôt que de voir débarquer le premier-né de cette union, on a eu droit au dernier effort d’une firme que beaucoup tenaient alors pour moribonde. Si l’avenir de la marque ne semble aujourd’hui plus en péril, le statut de l’Eclipse Cross n’en demeure pas moins précaire. Du moins, dans sa forme actuelle, construite à partir d’une architecture vétuste (sa conception remonte à plus de 15 ans) et d’une mécanique, quoique remise au goût du jour, tout aussi âgée.

Dès lors, la mise à niveau de l’Eclipse Cross arrive à un bien mauvais moment puisqu’elle brise le bel élan de la quatrième génération de l’Outlander, premier véhicule réalisé par Mitsubishi et ses nouveaux partenaires.

Du neuf avec du vieux

  • La direction du Mitsubishi Eclipse Cross 2022 offre un ressenti bien terne, tandis que les éléments suspenseurs se révèlent plus sonores et plus fermes qu’ils ne l’étaient autrefois.

    PHOTO JOHN MURPHY, FOURNIE PAR MITSUBISHI

    La direction du Mitsubishi Eclipse Cross 2022 offre un ressenti bien terne, tandis que les éléments suspenseurs se révèlent plus sonores et plus fermes qu’ils ne l’étaient autrefois.

  • Mentionnons le départ (prière de ne pas verser une larme) de l’incommodant pavé tactile et l’ajout d’une paire de boutons, l’un pour syntoniser la fréquence, l’autre pour régler le volume.

    PHOTO JOHN MURPHY, FOURNIE PAR MITSUBISHI

    Mentionnons le départ (prière de ne pas verser une larme) de l’incommodant pavé tactile et l’ajout d’une paire de boutons, l’un pour syntoniser la fréquence, l’autre pour régler le volume.

  • Quelques commandes du Mitsubishi Eclipse Cross

    PHOTO JOHN MURPHY, FOURNIE PAR MITSUBISHI

    Quelques commandes du Mitsubishi Eclipse Cross

  • Toutes les teintes extérieures, à l’exception du « gris sterling », entraînent un supplément pouvant atteindre 450 $ (rouge diamant).

    PHOTO JOHN MURPHY, FOURNIE PAR MITSUBISHI

    Toutes les teintes extérieures, à l’exception du « gris sterling », entraînent un supplément pouvant atteindre 450 $ (rouge diamant).

  • Le moteur de 1,5 L suralimenté par turbocompresseur est étonnant par sa souplesse, sa rapidité d’action et sa volition.

    PHOTO FOURNIE PAR MITSUBISHI

    Le moteur de 1,5 L suralimenté par turbocompresseur est étonnant par sa souplesse, sa rapidité d’action et sa volition.

  • En dépit des améliorations constantes dont elle fait l’objet, la boîte automatique à variation continue demeure tout de même d’un rendement douteux, tout spécialement lorsque la pédale d’accélérateur fonce vers le plancher.

    PHOTO JOHN MURPHY, FOURNIE PAR MITSUBISHI

    En dépit des améliorations constantes dont elle fait l’objet, la boîte automatique à variation continue demeure tout de même d’un rendement douteux, tout spécialement lorsque la pédale d’accélérateur fonce vers le plancher.

  • On peut reprocher au moteur sa consommation élevée en regard de la taille de sa cylindrée et son manque de discrétion.

    PHOTO FOURNIE PAR MITSUBISHI

    On peut reprocher au moteur sa consommation élevée en regard de la taille de sa cylindrée et son manque de discrétion.

  • Les ingénieurs de la marque ont retravaillé les amortisseurs (compression et rebond) et solidifié la traverse.

    PHOTO JOHN MURPHY, FOURNIE PAR MITSUBISHI

    Les ingénieurs de la marque ont retravaillé les amortisseurs (compression et rebond) et solidifié la traverse.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plate-forme n’est plus très jeune, mais n’a vraisemblablement pas atteint le stade ultime de son développement puisque les ingénieurs de Mitsubishi prétendent la faire progresser encore. De la manière la plus subtile qui soit, car l’expérience au volant de l’Eclipse Cross demeure la même. La direction offre un ressenti bien terne, tandis que les éléments suspenseurs se révèlent plus sonores et plus fermes qu’ils ne l’étaient autrefois, si l’on tient compte des productions les plus récentes sur le marché. Sans doute est-ce pour pallier la faible rigidité en torsion du châssis. À ce chapitre, les ingénieurs de la marque ont retravaillé les amortisseurs (compression et rebond) et solidifié la traverse.

Le moteur de 1,5 L suralimenté par turbocompresseur est étonnant par sa souplesse, sa rapidité d’action et sa volition. On pourra lui reprocher, cependant, sa consommation élevée en regard de la taille de sa cylindrée et son manque de discrétion. Sur ce dernier aspect, il faut apporter une nuance : cette critique vise principalement la boîte automatique à variation continue (CVT). En dépit des améliorations constantes dont elle fait l’objet, cette boîte demeure tout de même d’un rendement douteux, tout spécialement lorsque la pédale d’accélérateur fonce vers le plancher. En d’autres circonstances, rien à redire. Cette transmission, la seule offerte, jouit de huit rapports « artificiels » dont on peut faire l’expérience en actionnant les (immenses) palettes au volant.

Contrairement à la quasi-totalité de ses concurrents, l’Eclipse Cross adopte de série un rouage à quatre roues motrices. D’une redoutable efficacité, ce dispositif assure à ce Mitsubishi une motricité sans failles et un équilibre sécurisant.

Sous l’emballage, la surprise

Dans le cadre de cette refonte partielle, le talent des stylistes a également été mis à contribution non seulement pour donner un air de jeunesse à ce modèle, mais aussi pour gommer certains éléments irritants. Parmi ceux-ci, mentionnons le départ (prière de ne pas verser une larme) de l’incommodant pavé tactile et l’ajout d’une paire de boutons, l’un pour syntoniser la fréquence, l’autre pour régler le volume. Bien vu, tout comme la possibilité d’habiller l’habitacle d’une couleur autre que le noir. Hélas, cet agrément se limite aux déclinaisons les plus onéreuses. Puisqu’il est question d’argent, soulignons que toutes les teintes extérieures, à l’exception du « gris sterling », entraînent un supplément pouvant atteindre 450 $ (rouge diamant).

En raison de la cambrure du toit et de l’étroitesse des portières postérieures, l’entrée et la sortie exigent des occupants quelques mouvements de gymnastique. Cela dit, la banquette offre un confort acceptable et suffisamment de dégagement. Quant au coffre, son volume a légèrement forci grâce à la longueur accrue du véhicule, mais la modularité demeure, elle, bêtement classique avec la possibilité de rabattre les dossiers en deux sections (60:40).

Création toujours originale sur le plan du style extérieur, l’Eclipse Cross permet actuellement à Mitsubishi de recruter de nouveaux clients. Ceux-ci, hélas, découvriront un produit plus tout à fait représentatif d’une marque qui connaît actuellement une véritable renaissance après des décennies de galère. On le choisira donc pour son aspect un peu décalé par rapport aux autres de la catégorie, ses composants éprouvés et sa garantie qui rassure.

Consultez le site de Mitsubishi Canada

Marque/modèle : Mitsubishi Eclipse Cross

Fourchette de prix : De 28 599 $ à 36 998 $

Visible dans les concessions : Maintenant

On aime

  • Refonte partielle, mais intelligemment menée
  • Moteur étonnamment souple
  • Volume intérieur accru

On aime moins

  • Suspension sonore
  • Rapport poids-puissance
  • Châssis éprouvé, mais âgé

Notre verdict

Un bel effort qui ne suffira sans doute pas.

Faites part de votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Audi e-tron Sportback, BMW M3/M4, Chevrolet Corvette, Genesis G70, Honda Civic, Hyundai Santa Fe, Land Rover Defender, Lexus RC, Nissan Pathfinder et Volkswagen GTi/R. Si vous possédez l’un de ces véhicules, nous aimerions bien vous lire.

Écrivez-nous pour nous faire part de votre expérience

Fiche technique

PHOTO FOURNIE PAR MITSUBISHI

Mitsubishi Eclipse Cross 2022

Moteur

L4 DACT de 1,5 L turbocompressé
152 ch à 5500 tr/min
184 lb-pi de couple entre 2000 et 3500 tr/min

Performances

Poids : 1575 kg
Capacité de remorquage maximale : 907 kg1
Garde au sol : 215 mm 

1. Avec deux passagers

Boîte de vitesses

De série : automatique à variation continue (CVT)
Optionnelle : aucune
Mode d’entraînement : rouage intégral

Pneus

225/55R18

Capacité du réservoir, essence recommandée

60 L
Ordinaire

Consommation

9,5 L/100 km

Dimensions

Empattement : 2670 mm, longueur : 4547 mm, hauteur : 1689 mm, largeur : 1806 mm1

1. Excluant les rétroviseurs extérieurs

Style controversé

PHOTO FOURNIE PAR MITSUBISHI

Mitsubishi Eclipse Cross 2022

Jusqu’ici, l’Eclipse Cross offrait un profil turbulent. Avec une partie arrière composée d’un hayon aux formes vives dont la surface vitrée se trouvait scindée par un becquet, ce Mitsubishi ne passait pas inaperçu. Un style plutôt radical – à la manière de l’ancien Aztek de Pontiac – que Mitsubishi a jugé bon de retoucher. Initialement dessiné par Tsunehiro Kunimoto (père du Nissan Juke), l’Eclipse Cross s’attache aujourd’hui à arrondir les angles comme en fait foi l’intégration, pour 2022, d’une cinquième porte aux formes plus traditionnelles.

PHEV pour les autres ?

PHOTO FOURNIE PAR MITSUBISHI

Mitsubishi Eclipse Cross PHEV

Chaque constructeur oppose un mutisme à toutes les questions touchant ses produits futurs. Mitsubishi ne fait pas exception. Sa direction canadienne, par exemple, demeure floue sur son intention de commercialiser ou non la version PHEV de l’Eclipse Cross, offerte depuis peu ailleurs dans le monde. Cette déclinaison « verte » reprend le même propulseur que l’actuel Outlander PHEV. Revitalisé dans la dernière année, celui-ci adopte une batterie d’une capacité supérieure (13,8 kWh comparativement à 12 auparavant), qui lui procure notamment une autonomie électrique accrue de 3,2 km, selon son constructeur.