Le marché dans lequel évolue le Mitsubishi Eclipse Cross 2022 est bien encombré. Le Jeep Compass, le Toyota CH-R et le Volkswagen Taos ont aussi de quoi séduire les acheteurs.

Éric LeFrançois
Éric LeFrançois Collaboration spéciale

Jeep Compass

Prix : à partir de 26 386 $

Le Compass de Jeep n’a rien d’une gravure de mode et personne ne se retourne vraiment sur son passage. Par rapport à l’offre de Mitsubishi, le Compass offre de réelles aptitudes en tout-terrain, un système d’infodivertissement plus convivial, un habitacle aussi spacieux et un coffre qui l’est tout autant. En outre, le Compass a la capacité de tracter une charge équivalente à celle de son rival japonais. En contrepartie, les suspensions du Jeep sont plus bondissantes, la boîte à neuf rapports souffre parfois d’étourderie et les motorisations proposées ne sont pas plus fougueuses que celles du Mitsubishi et consomment plus d’essence.

Toyota CH-R

Prix : à partir de 23 950 $

PHOTO FOURNIE PAR TOYOTA

Toyota CH-R

Avec l’Eclipse Cross, le CH-R est l’utilitaire le plus expressif de la catégorie sans doute, mais aussi le moins fonctionnel (les places arrière et le coffre sont étriqués) et le plus coûteux à acquérir. Toyota fait ici payer cher sa réputation. Par rapport au Mitsubishi, le CH-R n’a rien d’une fusée, mais parvient toutefois à rivaliser avantageusement sur le plan de la consommation. Au chapitre des accessoires, le CH-R intègre de série – à l’exception des capteurs d’angles morts sur la déclinaison d’entrée de gamme – l’ensemble des dispositifs de sécurité active (Safety Sense) sans doute, mais fait l’impasse sur de petites douceurs jugées essentielles par la clientèle, comme les sièges et le volant chauffants (offerts seulement sur les XLE Premium et Limited, plus chers).

Volkswagen Taos

Prix : à partir de 26 695 $

PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

Volkswagen Taos

Encore trop tôt pour déterminer si le futur VUS d’entrée de gamme de Volkswagen, le Taos, pourra prendre la mesure de l’Eclipse Cross de Mitsubishi. La commercialisation de ce nouveau venu ne commence qu’au mois de juillet prochain. Cela dit, on connaît déjà les principales caractéristiques de ce modèle. Celui-ci est déposé sur une architecture (nom de code MQB) éprouvée sur plusieurs autres produits de la marque depuis des années. Le Taos étrenne une mécanique suralimentée toute fraîche d’une cylindrée de 1,5 L. Le mode d’entraînement dictera le choix de la transmission. La version tractée adopte une boîte à huit rapports, tandis que la version à rouage intégral (4 motion) s’en remet à une boîte à sept vitesses comptant un double embrayage.