Reculons 25 ans en arrière, si vous le voulez bien. Le marché de la voiture compacte à traction vit alors l’une de ses périodes les plus fastes. Tous les grands constructeurs rivalisent d’imagination pour satisfaire à la demande. Pour les jeunes, les versions coupés, renvoyant une image sportive, avaient une force d’attraction irrésistible avec leur prix abordable. Aujourd’hui, cette idée s’estompe avec l’abandon d’une de ses dernières représentantes, la Honda Civic Coupé. Nous nous sommes glissé derrière son volant, pour la dernière fois.

Charles René Charles René
La Presse

Le design

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

Cette Honda Civic Coupé présente un profil intéressant, avec sa ligne de toit qui se confond au coffre arrière et ses ailes arrière surélevées.

Dans une ère où le volume des véhicules enfle à chaque nouvelle cuvée, l’idée même d’un véhicule compact à deux portières peut sembler inexplicable aux yeux du consommateur moyen. Cela explique sans conteste la faible popularité de la Civic Coupé, qui comptait pour un minuscule 3 % des ventes totales de la compacte au Canada en 2019. Qu’à cela ne tienne, on ne peut s’empêcher d’apprécier son coup d’œil différent : elle présente un profil intéressant, avec sa ligne de toit qui se confond au coffre arrière et ses ailes arrière surélevées. Son faciès a été légèrement redessiné, avec un bouclier avant plus achevé qui fait l’impasse sur les « fausses » entrées d’air. L’arrière demeure toutefois la portion la plus originale, avec son pot d’échappement central doublé d’un becquet sur la livrée Si essayée.

À bord

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

Le dessin de l’habitacle, présentant une multitude de trapèzes, est un peu trop chargé pour prétendre être réellement moderne.

Devant une concurrence qui se modernise continuellement, la Civic est restée quelque peu immobile depuis sa refonte de l’année-modèle 2016. Les immenses portières du coupé s’ouvrent donc sur un habitacle qui a du mal à cacher son âge. Certes, l’assemblage est ficelé serré et les matières demeurent de bonne qualité, mais son dessin, présentant une multitude de trapèzes, est un peu trop chargé pour prétendre être réellement moderne. L’ergonomie des commandes demeure toutefois l’une de ses grandes forces. Certes, la version Coupé fait l’impasse sur l’aspect pratique des portes arrière, mais elle propose à l’arrière des places tout de même accueillantes. Le dégagement pour la tête souffre toutefois du dessin de l’arc de toit, et ce, à toutes les places. Notons en outre la présence de compartiments volumineux, mais le coffre arrière voit sa contenance s’amoindrir à 289 L, comparativement à 429 L pour la berline.

Sous le capot

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

Ce petit moteur de 1,5 L n’offre pas l’immense plage de régime de ses aïeules, mais il n’est pas entièrement dépourvu de caractère.

Lorsque la Civic Si a été dévoilée en 2016, les puristes ont manifesté leur désapprobation en raison de l’usage d’un moteur turbocompressé pour assurer la descendance de l’illustre lignée de mécaniques atmosphériques. Ce petit moulin de 1,5 L n’offre pas l’immense plage de régime de ses aïeules, mais il n’est pas entièrement dépourvu de caractère. Bon, avec ses 205 ch et 192 lb-pi de couple, il n’a pas la prétention d’être explosif, mais sa sonorité et sa souplesse sont présentes à des dosages nécessaires. D’ailleurs, il se comporte de manière très semblable à celle d’un moteur atmosphérique, nécessitant de grimper dans les régimes pour bien s’exprimer. La boîte manuelle est un délice à utiliser avec la course courte de son levier. Cela dit, on apprécie moins la tendance de ce moteur à baisser peu rapidement sa rotation lors des changements de rapports (rev hang en anglais).

Derrière le volant

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

Dotée d’un amortissement plus ferme que la Civic de série se mariant avec une direction à ratio variable, la Honda Civic Si Coupé avale les courbes avec une aisance naturelle.

Sans être foncièrement une voiture d’accélération pure, la Civic Si est plutôt dans son élément lorsque le dessin du parcours se complique. Dotée d’un amortissement plus ferme que la Civic de série se mariant avec une direction à ratio variable, elle avale les courbes avec une aisance naturelle. On la sent légère, et pour cause : la balance affiche 1330 kg. À la limite, un léger survirage prévisible intervient. Certes, la présence d’amortisseurs adaptatifs à deux modes semble exotique, mais le mode Sport ne change pas de manière tangible le comportement et détériore le confort. Le différentiel avant à glissement limité de série encadre les réaccélérations avec acuité pour éviter l’effet de couple, permettant de faire de cette Civic Si un outil de précision au chapitre du comportement routier. Un véhicule trop souvent négligé dans son segment.

Les technologies embarquées

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

La définition du système multimédia, le design graphique de ses menus et sa vitesse de réaction nous ramènent plusieurs années en arrière.

C’est moins reluisant concernant l’aspect technologique de l’offre. Cette Civic Si utilise un système multimédia dépassé face à une concurrence qui fait de la technologie le pilier de son offre. Le système tient dans un petit écran de 7 po tactile bordé de très petites touches pour faciliter la navigation. Sa définition, le design graphique de ses menus et sa vitesse de réaction nous ramènent plusieurs années en arrière. La Civic Si est toutefois outillée de la navigation de série et est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto sans frais. La compacte s’avance aussi avec la plupart des éléments clés de sécurité active à la conduite ainsi qu'avec la recharge sans fil pour téléphones cellulaires. En somme, beaucoup d’équipement, mais un attirail qui commence à dater alors que la prochaine génération est sur le point de faire son entrée.

Le verdict

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

La Honda Civic Si est un modèle qui gagne encore à être découvert.

Alors que la démocratisation de la conduite semi-autonome s’accélère, la Honda Civic Si appartient inévitablement à la vieille garde. Uniquement offerte avec une boîte manuelle et misant sur sa simplicité pour distiller les sensations, c’est un modèle qui gagne encore à être découvert. Elle dispose d’une mécanique frugale bien adaptée à son mandat, mais sans doute moins enivrante sur le plan du tempérament que ses ancêtres atmosphériques. L’équipement de série est en outre très complet. On doit cependant faire fi de son retard concernant son système d’infodivertissement, ce qui sera bientôt rectifié avec la nouvelle génération dont le lancement est prévu au printemps prochain. Entre-temps, si vous voulez mettre la main sur le dernier coupé compact à traction, la Honda Civic Coupé en livrée Si constitue une option à la fois pertinente et singulière dans son approche.

Carnet de notes

La dernière de sa horde

Si l’on exclut la Mini Cooper à trois portières qui dispose d’un hayon, la Civic Coupé est la dernière représentante de cette sous-catégorie des coupés à roues motrices avant, une configuration qui a nourri sa notoriété.

Des sièges taillés pour maintenir en place

À l’instar de la Type R, la livrée Si reçoit des sièges plus enveloppants et confortables à appuis-tête intégrés qui pourraient s’assimiler à ceux produits par l’équipementier Recaro.

Quelques kilos de différence

À peine 11 kg séparent la Civic Si Coupé de sa version à quatre portières. Les deux disposent de la même longueur d’empattement (2700 mm), mais le coupé est évidemment plus court, à 4505 mm comparativement à 4640 mm pour la berline.

Pas d’option automatique

La Civic Si est l’un des rares modèles actuellement offerts avec uniquement une boîte manuelle, ce qui expose le fait qu’elle cible un public de passionnés de conduite.

Produite au Canada

À l’instar de sa livrée berline, la Civic Coupé est produite à l’usine d’assemblage du constructeur située à Allison, en Ontario.

Fiche technique

Modèle à l’essai : Honda Civic Si Coupé

Moteur : L4 DACT 1,5 L turbocompressé

Puissance : 205 ch à 5700 tr/min

Couple : 192 lb-pi de 2100 à 5000 tr/min

Transmission : Manuelle à six rapports

Architecture motrice : Moteur transversal avant, traction

Consommation (ÉnerGuide) : 7,8 L/100 km (super recommandée)

Prix (avec options, transport et préparation) : 31 075 $

Concurrentes (Civic Coupé) : Mini Cooper S trois portes, Hyundai Veloster Turbo

Du nouveau en 2020 ? : Partie avant légèrement redessinée, ratio plus court pour le dernier rapport de la boîte manuelle, dernière année de production de la version Coupé

Pour en savoir plus : https://www.honda.ca/coupe_civic