Le concept du « restomod » dans l’univers de la restauration automobile est somme toute plutôt simple à assimiler. On prend comme base un véhicule relativement âgé et on l’équipe d’éléments modernes pour le rendre plus confortable, voire plus performant ou fiable. Si l’utilisation de V8 Chevrolet récents est légion dans cet univers, cette même marque a décidé de joindre deux univers aux antipodes : greffer un moteur électrique à un vieux Blazer 1977.

Charles René Charles René
La Presse

L’idée n’est pas nouvelle, mais l’image, elle, est insolite. Elle sert essentiellement à promouvoir un nouveau programme de Chevrolet Performance qui permettra, le cas échéant, d’acheter une mécanique électrique entière et de l’implanter dans un véhicule âgé.

PHOTO FOURNIE PAR CHEVROLET

Le moteur électrique de ce Chevrolet Blazer 1977 modifié est issu d’une Chevrolet Bolt.

Pour l’exercice, les ingénieurs ont employé le moteur et la batterie d’une Chevrolet Bolt. Certes, avec ses 200 ch et 266 lb-pi de couple, ce moteur électrique conçu pour mouvoir une sous-compacte ne va pas transformer ce VUS d’époque en fusée. C’est toutefois mieux que son antédiluvien V8 de 400 po3 qui développait à peine 175 ch.

PHOTO FOURNIE PAR CHEVROLET

La batterie de 60 kWh placée à l’arrière alimente cette mécanique électrique, au prix de la banquette arrière.

Fait intéressant, le moteur électrique est couplé à une boîte automatique à quatre rapports pour pouvoir utiliser le système quatre roues motrices d’origine de ce Blazer. Chevrolet n’a pas précisé l’autonomie possible obtenue de la batterie de 60 kWh, mais elle devrait être assurément nettement moindre que celle de la Bolt en raison du poids et de la carrosserie du VUS.