(New York) Le constructeur américain General Motors (GM) a annoncé mardi qu’il allait investir plus de 2 milliards de dollars pour convertir une usine d’assemblage dans le Tennessee en un site fabriquant aussi des véhicules électriques.

Agence France-Presse

Spring Hill sera la troisième usine du groupe dans le pays produisant des voitures ne fonctionnant pas au carburant, après celles de Detroit et de Lake Orion, au Michigan.  

L’entreprise, qui cherche à reprendre la main sur un marché actuellement dominé par Tesla, prévoit d’y fabriquer les nouvelles Lyriq, la première voiture tout électrique de la division haut de gamme Cadillac.  

Cette annonce intervient à quelques heures de la présentation au grand public d’un Hummer électrique, la mythique version du 4X4 à tout faire de l’armée américaine. Le groupe avait fait part en janvier de son intention de lancer un Hummer plus écologique.

GM a déjà proposé des voitures hybrides ou électriques comme les Chevrolet Volt et Bolt, mais le constructeur veut passer à la vitesse supérieure et a pour objectif de développer 20 modèles de véhicules tout électriques d’ici 2023.

Il s’est engagé depuis mars 2019 à investir 4,5 milliards de dollars sur trois sites devant fabriquer des véhicules électriques et a promis de dépenser au total 20 milliards de dollars dans ces technologies d’ici 2025.

GM a par ailleurs annoncé mardi qu’il prévoyait d’investir 100 millions de dollars dans la production de la prochaine génération du 4x4 de ville GMC Acadia dans l’usine de Lansing (Michigan), et 32 millions de dollars dans l’usine de Flint (Michigan) pour les pickups Chevrolet Silverado et GMC Sierra.