Avec le Tundra, Toyota cherche à défier la forteresse FCA-Ford-GM. Son grand atout ? Un dossier reluisant tant sur le plan de la fiabilité que sur celui de la valeur résiduelle. Mais voyons à quels véhicules il souhaite faire concurrence.

Éric LeFrançois
Éric LeFrançois Collaboration spéciale

Ford F-150

PHOTO FOURNIE PAR FORD

Ford F150 2020

Fourchette de prix : à partir de 30 339 $*

Souvent imité, jamais véritablement égalé, le F-150 de Ford exaspère ses rivaux depuis plus de 40 ans. Robuste, avant-gardiste et distinctif, il s’est forgé une image assez exceptionnelle, surtout aux États-Unis, mais également au Mexique et au Canada, où il fait figure de camionnette de référence. Dans sa forme actuelle, le F-150 n’a rien à envier au Tundra. Et le prochain modèle, attendu dans les semaines à venir, encore moins. Profondément révisée, cette nouvelle mouture comptera un éventail toujours aussi varié de configurations, tout en donnant suite aux recommandations formulées par ses nombreux (plus de 1 million d’unités par année) et loyaux clients. Un parmi tant d’autres : un levier de vitesse qui s’escamote sous la console pour créer une surface de travail parfaitement plane. Il fallait y penser.

GMC Sierra

PHOTO FOURNIE PAR GMC

GMC Sierra 1500 diesel 2020

Fourchette de prix : à partir de 32 498 $*

Contrairement au Tundra, le Sierra de GMC ratisse large. À son catalogue, on retrouve pas moins de cinq motorisations, trois boîtes de vitesses, sans compter une multitude de configurations (cabine/benne) et de déclinaisons. En outre, le Sierra bénéficie de plusieurs avancées, dont une benne en carbone (plus résistante que l’acier, dit-on) et une caméra qui permet de voir derrière la remorque accrochée à son dos. Au-delà de ces innovations, retenons une cabine aussi accueillante (Crewcab) que celle de Toyota, et plus ergonomique aussi. La qualité des matériaux n’est pas aussi soignée, cependant. L’amortissement est ferme, mais mieux contrôlé que celui du Tundra et la consommation — à cylindrée équivalente — est plus modeste.

Nissan Titan

PHOTO FOURNIE PAR NISSAN

Nissan Titan 2020

Fourchette de prix : à partir de 52 443 $*

Le Titan sera retiré de la « programmation régulière » de Nissan à la fin de l’année 2021. Dommage. Même si, comme le Tundra, le Titan n’est jamais parvenu à faire vaciller les spécialistes américains de la catégorie, il mérite tout de même considération. D’abord en raison de la générosité de sa garantie (supérieure à celle des autres produits de la marque) et de ses multiples caractéristiques de sécurité offertes de série. Bien que sa consommation d’essence soit pratiquement aussi élevée que celle du Tundra, le moteur du Titan a le mérite d’être plus caractériel. Hélas, cela ne lui permet pas de tirer une charge plus lourde, bien au contraire.

Ram 1500

PHOTO FOURNIE PAR CHRYSLER

Ram 1500

Fourchette de prix : à partir de 44 545 $*

Tout comme le Sierra de GMC, le RAM 1500 fait de la surenchère. La quantité impressionnante de groupes motopropulseurs et de configurations donne le tournis. Face au Tundra, le RAM s’avère plus confortable (remorque attelée ou non), plus silencieux et plus polyvalent. La cabine du RAM est plus valorisante, mais souffre cependant d’une finition parfois inégale. À cylindrée équivalente, le moteur du RAM consomme moins, surtout si celui-ci se double du dispositif eTorque, une forme d’hybridation légère.

* Prix de détail suggéré, ne tient pas compte des promotions en cours.

L’avis des propriétaires

Un Rôle déterminé

Le rôle assigné à mon Tundra 2007 est essentiellement de tirer une roulotte de 3000 kg. À ce jour, j’ai parcouru 165 000 km à son volant. Il s’agit du meilleur véhicule que j’ai possédé. Le plus confortable aussi. Au cours des 13 dernières années, j’ai changé la pompe à eau et le condensateur de l’air climatisé. Pour le reste, seulement l’entretien normal. Par rapport aux camionnettes américaines, ma Toyota est d’une fiabilité irréprochable.

– N. Flamand

Une éponge

Je ne cacherai pas que j’ai longtemps hésité avant de me procurer un Tundra, en 2018. Les autres marques avaient, de mon point de vue, des produits plus attrayants et souvent vendus à des prix plus compétitifs. J’ai opté pour le Toyota, car je souhaitais un véhicule fiable et jusqu’ici, je n’ai rien à redire. Ma déception la plus grande touche la consommation de son moteur. Une véritable éponge.

– J. Auclair

Fiable, mais…

Je me suis procuré un Tundra 2016. Aucun problème. Rotation des pneus, vidange d’huile, et c’est tout. Par contre, à moins que le prochain modèle soit fortement modernisé, je ne crois pas en acheter un second. La consommation d’essence est atroce et la suspension arrière sautille trop à vide à mon goût. De plus, la capacité de remorquage est tout juste acceptable dans mon cas (remorque de 4000 kg).

– P. Fiset

Partagez votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Alfa Romeo Giulia, Honda Civic, Land Rover Defender, Mercedes GLA et Toyota Camry. Si vous possédez l’un de ces véhicules, nous aimerions bien vous lire.