Cadillac a levé le voile la semaine dernière sur l’un des véhicules les plus importants de son histoire. Le Lyriq, un tout nouveau multisegment, sera le tout premier modèle électrique de la marque de luxe américaine. La maison-mère, General Motors (GM), nous assure que c’est également le début d’une nouvelle ère pour le constructeur qui a été timide dans l’adoption des motorisations alternatives.

Charles René Charles René
La Presse

Sous ses lignes bien affûtées qui préfigurent le prochain courant stylistique de Cadillac, le Lyriq prend pour base la nouvelle plateforme modulaire de GM conçue spécifiquement pour les véhicules électriques. Elle héberge la prochaine génération de batteries Ultium qui permettra une autonomie estimée par Cadillac de 485 km et pouvant soutenir des recharges dépassant les 150 kW.

La disposition des organes mécaniques, placés très bas, permet également, comme c’est souvent le cas chez les véhicules électriques, un centre de gravité très bas en plus d’une répartition parfaite des masses entre l’avant et l’arrière (50:50).

Cadillac a précisé que le Lyriq sera proposé autant en version à propulsion (roues motrices arrière) qu’à transmission intégrale. À l’instar de Tesla, entre autres, les livrées à rouage intégral auront un moteur à chaque essieu. Cadillac n’a cependant pas précisé leur puissance.

Vitrine technologique

Le Lyriq disposera également de la dernière génération du système de conduite semi-autonome Super Cruise et d’un immense écran de 33 po à diodes électroluminescentes qui englobe le poste de pilotage.

Malgré tout, l’habitacle est grandement épuré et semble vouloir mettre à l’avant-plan des matières de bonne qualité.

Cela étant dit, il faudra attendre encore longtemps pour voir les premiers Lyriq dans les salles d’exposition des concessionnaires. Cadillac amorcera sa production seulement à la fin de 2022, ce qui est tout de même tard si l’on compare à la concurrence qui offre déjà des rivaux électriques.