Certes, son nom, faisant écho à la vitesse du son, était sans conteste prétentieux, mais c’était la manière de faire à l’époque de son dévoilement, en mars 1969, dans une guerre ouverte entre constructeurs américains. La Ford Mustang Mach 1 symbolisait alors la vitesse abordable, se positionnant entre les livrées GT et Shelby.

Charles René Charles René
La Presse

Ford a présenté la semaine dernière la descendante de cette lignée connue dans le cercle des amateurs de Mustang, tout en prenant soin de conserver l’esprit du modèle d’époque. Alors comment cela se traduit-il concrètement ? D’abord, avec le moteur, le V8 de 5 L de la GT, mais retouché pour en soutirer 20 ch de plus, pour 480 ch en tout et 420 lb-pi de couple. Il est appuyé par la boîte manuelle à six rapports de la Shelby GT350 (Tremec 3160), une boîte éprouvée et plus robuste. Une transmission automatique à 10 rapports est aussi offerte en option. L’ensemble est appuyé par une batterie de radiateurs pour une meilleure gestion thermique lors de séances en piste.

L’amortissement électromagnétique est aussi retouché, soutenu par des barres antiroulis plus costaudes et des coussinets plus fermes. On boucle le tout avec des bottines plus larges et des appendices aérodynamiques favorisant l’appui à haute vitesse. Ford affirme que cette Mach 1 aura un tirage limité, sans préciser le nombre d’unités produites. En vente dès le printemps 2021.