(Séoul) Le premier constructeur automobile sud-coréen, Hyundai Motor, a publié jeudi un bénéfice net en baisse de 42 % au premier trimestre, en raison de la baisse de la demande mondiale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Agence France-Presse

Sur la période de janvier à mars, le groupe dégage un bénéfice net de 552,7 milliards de won (417 millions d’euros), précise-t-il dans un communiqué.

Ce recul est essentiellement dû à « la perturbation temporaire de la production dans les usines sud-coréennes et à la faiblesse de la demande mondiale à cause de la COVID-19 », ajoute Hyundai, cinquième constructeur au monde en prenant en compte sa filiale Kia.

Le bénéfice d’exploitation progresse cependant sur un an de 4,7 % à 863,8 milliards de won, et le chiffre d’affaires croit de 5,6 %, en raison, entre autres, de la baisse du won face au dollar.

L’industrie sud-coréenne a notamment été perturbée par un problème d’approvisionnement en pièces détachées quand des usines chinoises ont fermé pendant plusieurs semaines pour contenir l’épidémie.

Conséquence, le constructeur sud-coréen a été contraint plusieurs fois depuis février de suspendre la production dans ses usines en Corée du Sud et ailleurs.

Le groupe prévoit encore de suspendre les opérations dans la plupart de ses usines sud-coréennes du 30 avril au 5 mai. Y compris la production de son complexe géant d’Ulsan, capable de fabriquer 1,4 million de véhicules par an.

Le groupe « s’attend à une rentabilité moindre au deuxième trimestre au cours duquel l’impact du coronavirus continuera de peser sur la demande d’automobiles de par le monde », a-t-il ajouté.

L’action Hyundai Motor a clôturé jeudi en baisse de 0,22 % à Séoul.