Tesla veut révolutionner les essuie-glaces et a déposé une demande de brevet pour des essuie-glaces électromagnétiques. Ce système est supérieur en efficacité et en longévité au design actuel, affirme le constructeur de voitures électriques.

Publié le 25 sept. 2019
LA PRESSE

Au lieu d’un bras oscillant grâce à un moteur électrique, comme ce qu’on voit depuis des décennies, le brevet de Tesla envisage de monter la base des bras sur des blocs qui glisseraient de gauche à droite, à l’horizontale, guidés par une coulisse. Un courant électrique passant par les blocs activerait des électro-aimants, faisant glisser les blocs le long des coulisses. Tesla dit que ce mouvement serait presque sans friction.

DESSIN BUREAU AMÉRICAIN DES BREVETS ET MARQUES

Le système d'essuie-glaces électromagnétique de Tesla, ci-haut, à deux lames.

Les dessins illustrant la demande de brevet montrent des systèmes à lame simple et à deux lames.

C’est sans doute pour ménager les batteries que le constructeur de voitures électriques s’est donné la peine de remettre en question un système qui a peu évolué depuis son invention.

DESSIN BUREAU AMÉRICAIN DES BREVETS ET MARQUES

Au repos, l'essuie-glace électromagnétique (ci-haut à lame simple) se loge en bas du pare-brise, comme dans le système conventionnel.

Dans sa demande de brevet, Tesla fait valoir que le système actuel implique beaucoup de friction mécanique, à l’intérieur du moteur électrique et dans d’autres composantes mécaniques. Le système électromagnétique de Tesla éliminerait cette friction et réduirait considérablement la quantité d’électricité requise pour enlever l’eau du pare-brise. 

C’est le magazine Road & Track qui a découvert la demande dans la base de données du Bureau américain des brevets et marques.

Pour lire le brevet déposé par Tesla, cliquez ici.