Aston Martin va dépêcher une équipe en Allemagne pour un essai de son nouveau modèle Valkyrie au circuit Nürburgring, peut-être le plus exigeant au monde. 

LA PRESSE

C’est le patron d’Aston Martin, Andy Palmer, qui l’a annoncé dans une entrevue à Carsales. Le magazine spécialisé australien a épinglé Palmer la fin de semaine dernière aux 24 Heures du Mans.

Palmer a indiqué que la Valkyrie n’a pas été conçue exprès pour établir un nouveau record au Nürburgring, «même si on va probablement le faire» et que cette initiative est surtout une affaire de marketing. «Dans la plupart des cas, aller rouler au Nürburgring n’est pas important. Mais dans certains marchés --en Chine, étrangement-- un chrono sur ce circuit est la prouesse qui prouve que vous avez une supervoiture.» 

Aston-Martin ne veut pas «dépenser des dizaines de millions» pour trouver les réglages parfaits, ni réserver tout le circuit et attendre les conditions idéales pour s’élancer avec la Valkyrie : «On sait déjà qu’on va être vite en XXXX», a dit Palmer en laissant échapper un juron. «J’ai envie de faire quelque chose de cool, comme nous montrer là-bas durant une séance ouverte au public, quelque chose de fou comme ça.»

Cette approche décidément moins agressive sert peut-être à atténuer la pression créée par les déclarations enthousiastes de Christian Horner, le patron de l’écurie de F1 Red Bull. Horner a déclaré que la Valkyrie pourrait réussir le chrono le plus rapide de l’histoire du Nürburgring, battant même l’actuelle détentrice du record, la Porsche 919 hybride Evo. Il est bien informé parce que le directeur technique de Red Bull, l’ingénieur et aérodynamicien Adrian Newey, a contribué à plusieurs facettes du design de la Valkyrie