Si l'on vante souvent les constructeurs japonais pour leurs véhicules à grande efficacité énergétique, on ne peut pas en dire autant de leurs grands VUS.

Publié le 7 janv. 2008
Éric Descarries

Le Nissan Armada en est un exemple parfait. Dans son cas, c'est une page apprise directement des constructeurs américains. Nissan a fait comme les autres, il a pris son gros pick-up Titan et il lui a ajouté une caisse de VUS. Pas plus compliqué que cela. Mais vu que le Titan n'est pas un champion en économie de carburant, il ne faut pas s'attendre à ce que l'Armada le soit. Au moins, il fait appel à une boîte automatique à cinq rapports et une suspension arrière indépendante.

 

Le style de l'Armada plaît ou ne plaît pas. Cependant, il est capable d'asseoir huit personnes au maximum. De plus, son moteur V8 de 5,6 litres qui développe 305 chevaux (5 de plus que l'Expedition de Ford) peut tirer des remorques d'au plus 9100 livres. Les Armada vendus au Canada sont à quatre roues motrices sur commande. Ils sont offerts en deux versions, SE et LE. Construit aux États-Unis, l'Armada n'est pas aussi bien assemblé qu'un produit fabriqué au Japon. De plus, les poignées de portières arrière semblent bien intégrées à la ligne, mais elles ne sont pas atteignables par les enfants, même en grimpant sur le marche-pied. Malheureusement, les modèles essayés dans le passé nous ont dévoilé un freinage faible et fragile. Le V8 est puissant, mais il est bruyant, surtout à l'effort.

 

L'intérieur est vaste et relativement bien aménagé, mais la finition des modèles passés laisse à désirer. La troisième banquette se range dans le plancher permettant un plancher plat, mais avec un seuil élevé. L'Armada est un bon véhicule pour le remorquage, mais sa consommation de carburant est des plus décevantes. Vérifiez dans le petit livret Energuide et vous verrez qu'il est un des plus voraces de sa catégorie. Notons qu'il sert de base à l'Infiniti Q56 beaucoup plus luxueux, mais pas facile à se procurer en 2007.