Pour orienter les automobilistes qui cherchent à garer leur voiture, la Ville de Montréal a commencé en 2008 à installer des panneaux routiers français indiquant non seulement la direction des stationnements, mais aussi le nombre de places libres qu'on y trouve.

Denis Arcand LA PRESSE

Un ordinateur central compte les places libres et ajuste en temps réel le total affiché sur les panneaux routiers numériques. La structure bureaucratique créée par la Ville, Stationnement de Montréal, appelle ça le «Système de jalonnement dynamique».

Et, dans la plus pure tradition montréalaise, Stationnement de Montréal a à son tour créé une autre structure administrative, «Société de jalonnement dynamique de Montréal»!

Une nouvelle technologie catalane pourrait permettre à Montréal d'aller plus loin dans cette démarche. Des chercheurs de l'Université autonome de Barcelone ont inventé un système capable d'indiquer aux automobilistes le lieu exact des places libres.

Grâce à Xaloc (Xarxes de sensors per a la gestió d'Aparcaments públics i LOCalització), plus besoin de chercher et de tourner en rond. Un senseur sans fil est incrusté sous l'asphalte de chaque place et détecte si une voiture l'occupe ou non. L'information est transmise par internet à un ordinateur central et la position des places est affichée sur de grands panneaux électroniques à l'entrée des stationnements et transmise directement aux GPS des automobilistes. Et qui sait? Peut-être pourra-t-on ajouter une nouvelle structure pour administrer Xaloc...