Le printemps de 2011 nous arrive avec deux nouveaux coupés au look bien distinct. Ainsi, vous verrez bientôt sur nos routes rouler des Veloster, reconnaissables à leur troisième portière et, si vous êtes chanceux, quelques BMW de Série 1 en version M (M pour Motorsport) avec leurs ailes arrière gonflées et leur aileron sur le couvercle du coffre.

Publié le 17 mars 2011
Éric Lefrançois
Éric Lefrançois LA PRESSE

On présumait une déclinaison coupé de la berline Elantra. Alors, imaginez un peu la surprise de la presse automobile en voyant débarquer le Veloster. Drôle de nom. Drôle de coupé aussi. En effet, le Veloster reprend à son compte une idée de la défunte marque Saturn: la troisième portière. Toute petite et ouvrant de manière traditionnelle et non inversée, comme ce fut toujours le cas. Celle-ci loge côté passager et vise à faciliter l'accès et la sortie aux places arrière.

Attendu en juin, le Veloster est le sixième véhicule du programme 24/7 de Hyundai (7 nouveaux modèles dans les 24 prochains mois). Il complémente la sportive Genesis Coupe et s'adresse à une clientèle à la recherche d'un coupé économique amusant à conduire. Le constructeur vise chez la concurrence les Mini Cooper, Scion tC et Honda Civic.

Le style unique du Veloster s'inspire des motocyclettes sportives. D'ailleurs, c'est pour cette raison que les piliers A (ceux qui enchâssent le pare-brise) ont été peints en noir pour rappeler l'allure d'une visière de casque de moto. Vous n'aimez pas ce style? Des ensembles d'options permettent de le modifier en nickelant le contour de la calandre, en y ajoutant des phares antibrouillard ou encore un gigantesque toit ouvrant panoramique.

La partie arrière aux lignes dynamiques du Veloster possède une glace de hayon distinctive, un double échappement chromé situé au centre et des garnitures inférieures noires afin de s'agencer à la partie avant de fort caractère.

Le tout nouveau moteur Gamma 4 cylindres de 1,6 litre est le plus petit moteur de Hyundai à être doté de l'injection directe de carburant (GDI). Cette mécanique produit une puissance estimée de 138 chevaux. Ceux-ci transitent vers les roues avant motrices par l'intermédiaire d'une boîte manuelle à six rapports ou une toute nouvelle boîte à double embrayage, une première pour Hyundai.

Le Veloster se dote de série d'un écran tactile multifonction de sept pouces. Celui-ci affiche les couvertures d'albums sous licence, permet de faire des commandes vocales et d'utiliser une fonction pour créer des listes de lecture automatique. Il ne reste plus qu'à choisir la couleur: blanc siècle, argent Ironman, gris triathlon, noir ultra, bleu marathon, vert électrolyte, jaune 26.2, orange vitamine C ou rouge Boston.

 

La bombe de la saison

BMW, lui, donne naissance à un coupé explosif cette saison en déclinant sa Série 1 en version M. Précision utile, ce coupé sera offert en quantité limitée avec une gamme d'options restreintes au printemps 2011.

Ce Coupé M BMW de Série 1 2011 est considéré comme l'une des voitures les plus performantes construites par BMW au cours des dernières années. Jugez-en par son moteur, un six-cylindres en ligne de 3 litres entièrement en aluminium et doté de deux turbocompresseurs. Un ensemble qui produit 335 chevaux à un régime de 5900 tr/min. Le système de gestion du moteur amélioré a même une fonction de suralimentation électronique qui accroît brièvement le couple en pleine charge de 37 livres-pied. Le Coupé M de Série 1 réalise l'accélération de 0 à 100 km en 4,9 secondes.

Pour bien marquer sa différence par rapport à la Série 1 régulière, cette M gonfle ses ailes arrière et fait grimper un discret aileron sur son couvercle de coffre. Celui-ci produit un appui aérodynamique supplémentaire sur le train arrière à grande vitesse. C'est du sérieux!

 

Photo fournie par BMW

La BMW M1 2012.

GT-R: nouveau souffle

La GT-R de Nissan bénéficie ce printemps d'une première mise à niveau. Son bloc six cylindres fait galoper davantage de chevaux. Mais plus important encore, son dispositif Launch Control lui permet des accélérations éclair, et elle gagne en efficacité. La GT-R revoit également sa transmission intégrale, désormais dotée d'un mode à roues arrière motrices, qu'on peut utiliser uniquement à basse vitesse. On note aussi des réglages de suspensions optimisés, une rigidité renforcée et des jantes allégées.

Si l'esthétique évolue de manière très timide, le nouveau dessin du bouclier avant et du diffuseur arrière permet tout de même d'améliorer le coefficient de traînée aérodynamique (0,26 au lieu de 0,27).

Photo fournie par Nissan Canada

La Nissan GT-R 2012.