L'utilisation des sièges pour enfants va maintenant de soi, personne n'oserait partir en voiture sans attacher un enfant. Par contre, seulement deux tiers des Québécois utilisent correctement les sièges pour enfant.

Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage LA PRESSE

L'erreur la plus commune est de faire trop tôt la transition vers un autre dispositif de retenue. Par exemple, il est plus sécuritaire de garder un bébé dans un siège d'auto orienté vers l'arrière tant et aussi longtemps qu'il ne dépasse pas la taille et le poids recommandés pour ce siège. Cela peut aller jusqu'à l'âge de 2 ans, sinon plus pour des enfants de plus petite taille. En fait, selon Transports Canada, le poids, la taille et le développement de l'enfant sont plus importants que son âge quand vient le temps de choisir le type de siège d'auto qu'il faut utiliser. Il faut donc s'assurer de lire attentivement le manuel du propriétaire afin de s'assurer que le poids et la taille de son enfant correspondent aux limites recommandées pour son siège.

Néanmoins, selon l'Enquête nationale canadienne 2010 sur l'utilisation des dispositifs de retenue d'enfant, réalisée pour le compte de Transports Canada, les taux de transition prématurée ont diminué au cours des dernières années. En 2006, 37% des bébés canadiens avaient délaissé trop tôt leurs sièges faisant face à l'arrière, une proportion qui a chuté à 9% en 2010. Aussi, la transition hâtive des sièges orientés vers l'avant aux sièges d'appoint a diminué de 13% à 6% au cours de la même période. Enfin, la moitié des enfants de 4 à 8 ans ne portent qu'une simple ceinture de sécurité, en comparaison de 63% auparavant.

Patience avec les sièges d'appoint

Si toutefois on ajoute au calcul les enfants de 9 à 14 ans qui n'ont pas encore atteint la taille nécessaire pour utiliser uniquement une ceinture de sécurité, 70% des enfants canadiens de plus de 4 ans ne prennent pas place dans des sièges d'appoint alors qu'ils le devraient.

Étant donné qu'un siège d'appoint réduit de 60% le risque de blessures chez un enfant, ce sont pas moins de 1,8 million d'enfants qui risquent de subir des blessures graves chaque fois qu'ils montent en voiture parce qu'ils utilisent la ceinture de sécurité trop tôt.

«Les parents doivent savoir que bien que les ceintures de sécurité constituent un dispositif de sécurité efficace, elles sont conçues pour le corps des adultes et non pour celui des jeunes enfants», affirme Pamela Fuselli, directrice générale de SécuriJeunes Canada.

En effet, lorsque l'enfant est trop petit pour utiliser la ceinture de sécurité, elle passe sur son cou et monte trop haut sur l'abdomen, ce qui peut causer des blessures au cou, à la colonne vertébrale et aux organes internes lors d'un d'accident.

Il faut savoir qu'un enfant est prêt pour un siège d'appoint lorsqu'il est devenu trop grand pour son siège d'auto face vers l'avant, généralement vers l'âge de 4 ou de 5 ans, et qu'il mesure moins de 145 cm. Oubliez donc les trucs approximatifs comme celui qui veut qu'un enfant puisse utiliser la ceinture de sécurité sans danger quand il peut voir lui-même par la fenêtre du passager. Ou, comme une majorité de parents d'enfants de moins de 10 ans l'ont indiqué dans un récent sondage de SécuriJeunes Canada/Léger Marketing, que le siège d'appoint est nécessaire seulement jusqu'à ce que l'enfant soit physiquement capable d'utiliser la ceinture de sécurité lui-même.

On voit donc qu'il y a encore de la place à l'amélioration, ce qui passe nécessairement par une meilleure prise de conscience des parents. Mais, si le passé est garant de l'avenir, savoir que le nombre d'enfants canadiens décédés dans des accidents de la route a chuté de moitié de 1993 à 2006 nous donne une belle indication des progrès réalisés. Il s'agit de poursuivre sur la même voie.

>>> Pour en savoir plus, cliquez ici.