Nicolas Leclerc gare toujours sa Lexus noire devant chez lui, à l'angle des rues Viau et Ontario. Il y a trois semaines, une mauvaise surprise l'y attendait. Un voyou avait fracassé une vitre à l'aide d'une pierre et s'est emparé de sa radio satellite. Coût des réparations: 300$. «C'est plutôt choquant, dit-il. Et c'est compliqué de réclamer aux assurances.»

Catherine Handfield
Catherine Handfield LA PRESSE

Tout comme Nicolas Leclerc, vous grincez des dents à l'idée que votre véhicule subisse ce genre de méfait? Vous risquez d'y goûter ces jours-ci. L'automne est en effet propice au vandalisme et aux vols dans les véhicules, selon les données obtenues par La Presse.

À Montréal, en moyenne, ces vols sont de 17% plus nombreux durant les mois de septembre à novembre que durant les neuf autres mois, selon les données de 2005 à 2007 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui recense en moyenne 20 000 de ces crimes par année. La catégorie englobe les vols d'objets dans les voitures (ordinateurs, CD, etc.), mais aussi les vols d'enjoliveurs et d'emblèmes.

Ce type de vol est également plus courant à l'automne dans l'ensemble de la province, révèlent les données du ministère de la Sécurité publique. Les vols sont de 21% plus nombreux entre août et septembre que la moyenne des huit autres mois, selon les données de 2005-2006. Le Ministère compile près de 40 000 vols du genre par année grâce aux rapports de police.

La tendance est la même dans le cas du vandalisme sur les véhicules, révèlent les statistiques Lebeau Vitres d'autos. Dans la dizaine de magasins d'entreprise de l'île de Montréal, la proportion des réclamations liées au vandalisme a atteint 41% en octobre 2007. De janvier à août, cette proportion varie de 21% à 28%. Lebeau observe la même augmentation en automne depuis quelques années.

Quant aux vols de véhicules, les données de la police de Montréal demeurent relativement stables l'année durant. Mais à l'échelle de la province, les vols de voitures sont de 16% plus élevés d'août à novembre que durant les huit autres mois, selon les données de 2005 et 2006.

Une période propice

Que se passe-t-il donc en automne? «C'est vrai qu'on constate une légère augmentation des vols dans ou sur les voitures pendant cette période, constate le commandant-chef de la section des enquêtes de la région ouest du SPVM, Peter Lambrinakos. À notre niveau, toutefois, on ne peut déterminer une raison.»

Maurice Cusson, professeur en criminologue à l'Université de Montréal, souligne qu'il n'y a jamais eu d'études sur le sujet. Il accepte tout de même d'avancer quelques hypothèses. «D'abord, il y a plus d'activité sur nos routes en septembre, notamment en ville», note-t-il. Selon lui, la rentrée scolaire pourrait aussi y être pour quelque chose: «Voler un ordinateur portable dans une voiture peut être assez tentant pour un étudiant lorsque l'école recommence. N'oubliez pas que les étudiants peuvent aussi voler.»

Son collègue André Normandeau souligne que les mois de novembre et décembre sont ceux où il se commet le plus de vols, toutes catégories confondues. «C'est ce que la littérature nous dit depuis 25 ans. Les gens volent plus pour avoir les moyens d'offrir des cadeaux de Noël à leur famille.»

Comment éviter les vols?

Peter Lambrinakos, commandant-chef du SPVM, offre quelques conseils pour éviter le vandalisme et les vols à l'intérieur des véhicules.

> Ne laissez pas d'objets de valeur à la vue: portable, système GPS, cellulaire ou iPod, par exemple. «Quand on laisse un objet sur la banquette, quelques secondes suffisent à un voleur pour les dérober.»

> Déposez vos emplettes dans le coffre de la voiture avant de vous diriger vers un stationnement. «Parfois, des voleurs peuvent repérer les automobilistes qui se garent pour voir s'ils mettront des objets de valeur dans leur coffre.»

> Garez votre voiture dans un endroit éclairé.

> Verrouillez les portières et fermez les fenêtres. «Souvent, les gens se font voler parce qu'ils oublient simplement d'appuyer sur la commande à distance.»