Tous les spécialistes s'entendent pour dire que dès que le mercure descend au-dessous de 7°, les pneus d'été ou quatre-saisons n'offrent plus les mêmes performances sur l'asphalte, qu'il soit sec, mouillé, enneigé ou glacé.

Raymond Gervais LA PRESSE

La gomme des pneus d'hiver est plus molle que celle des pneus quatre saisons et les lamelles sont différentes, ce qui se traduit par une meilleure adhérence à la chaussée.

Plus il fait froid, plus le caoutchouc d'un pneu d'été ou quatre-saisons durcit, alors que la gomme du pneu d'hiver demeure flexible.

Souvenez-vous de la sensation que vous aviez que votre véhicule roulait «carré» durant quelques kilomètres par période de grand froid alors que vous rouliez avec vos pneus quatre saisons. Avec un pneu d'hiver, ça roule «rond»dès le départ.

Accidents et pertes de maîtrise

Selon les statistiques mêmes du ministère des Transports, les résultats d'un relevé effectué durant l'hiver 2005, démontrent que 38% des accidents survenus impliquent au moins un véhicule équipé de pneus quatre saisons.

De plus, la proportion des pertes de maîtrise est aussi plus élevée lorsque les véhicules impliqués sont munis de pneus quatre saisons.