Avant même l'arrivée de Mitsubishi au pays en 2003, plusieurs Québécois avaient déjà eu l'occasion d'acheter et de conduire l'un des produits de ce constructeur japonais. Sceptique? Rappelez-vous les défunts modèles Dodge Colt, Dodge Ram 50 (minicamionnette), Dodge Stealth, Eagle Talon/Plymouth Laser (pour ne nommer que ceux-là). Eh bien! Sachez que ces véhicules vendus dans les années 80 et 90 étaient des Mitsubishi maquillés et commercialisés par Chrysler.

Jean-François Guay LA PRESSE

Après quelques hésitations, Mitsubishi a décidé de s'implanter chez nous en 2003. Les premières années ont été difficiles alors que sa gamme ne correspondait pas nécessairement aux goûts et besoins des Québécois.

 

La Lancer d'alors n'avait pas tous les attributs pour rivaliser avec les autres compactes japonaises: Honda Civic, Mazda Protegé, Nissan Sentra et Toyota Corolla. Quant aux Galant, Diamante et Montero, ces modèles étaient en fin de carrière et leur conception était dépassée.

Heureusement, l'entrée en scène des nouvelles Lancer en 2008 et Outlander en 2007 ont permis à Mitsubishi de réparer les erreurs du passé. D'ailleurs, le dévoilement du nouveau RVR et l'introduction prochaine de l'i-MIEV devraient permettre à Mitsubishi d'augmenter ses parts de marché.

En 2003, la Lancer était offerte en format berline. Une familiale s'est jointe à la gamme en 2004. Les versions ES, LS et O-Z Rally étaient mues par un 4-cylindres de 2,0 litres (120 chevaux) alors que les versions plus sportives Ralliart et Sportback profitaient d'un 4-cylindres de 2,4 litres (162 chevaux). Une boîte manuelle à cinq vitesses ou une automatique à quatre rapports étaient offertes dans la berline tandis que la familiale se contentait de la transmission automatique.

En 2008, l'actuelle génération a étrenné un nouveau 4-cylindres de 2,0 litres (152 chevaux) dans les versions DE, ES, SE, GT et GTS. Une boîte manuelle à cinq vitesses et une boîte CVT sont au catalogue. Quant à la légendaire Evolution à traction intégrale, elle ouvre son capot à un 2-litres turbo (291 chevaux) qui peut être couplé à une boîte manuelle à six rapports (GSR) ou une semi-automatique à double embrayage (MR). En 2009, un modèle à hayon cinq portes (Sportback) a été dévoilé de même qu'une version Ralliart à moteur 4 cylindres turbo (242 chevaux) et rouage intégral.

Finalement, on se rappellera que pour relancer ses ventes, Mitsubishi a surpris tout le monde à l'automne 2004 en offrant la meilleure garantie de l'industrie, soit 5 ans ou 100 000 km sur toutes les pièces et 10 ans ou 160 000 km sur le groupe motopropulseur.

> Pour plus de d'information sur la valeur de revente, les détails techniques et les rappels, consultez cette fiche.