(Los Angeles) Les déboires de l’Espagnol Fernando Alonso (McLaren) se poursuivent : il a été privé jeudi de la troisième journée d’essais libres en vue des 500 milles d’Indianapolis.

Agence France-Presse

PHOTO MICHAEL CONROY, AP

Les mécanos à l'oeuvre sur la voiture endommagée de Fernando Alonso.

Alonso, qui a détruit partiellement sa monoplace la veille, n’a pas pu prendre la piste en raison d’un problème de moteur.

Oups ! Le moteur est brisé...

« Nous avions décidé après l’accident d’utiliser la voiture de réserve, mais en installant le moteur la nuit dernière, on s’est rendu compte que le moteur était endommagé », a expliqué le Brésilien Gil de Ferran, directeur de l’écurie McLaren.

PHOTO DARRON CUMMINGS, AP

La décision de McLaren de préparer sa propre monoplace avec le soutien de l’écurie Carlin Racing n’est pas couronnée de succès. La dernière fois, Fernando Alonso avait intégré l'écurie Andretti.

« Le changement de moteur a rajouté du travail et même si nous avons des mécaniciens d’expérience, nous sommes encore une équipe relativement nouvelle. C’est pour cela que nous avons préféré rester prudents, dans le but de mettre en piste la meilleure voiture possible », a-t-il poursuivi.

« Ne pas faire un seul tour ce jeudi est un mauvais coup, mais tout n’est pas perdu, on devrait avoir une journée entière vendredi pour préparer les qualifications » de samedi, a espéré de Ferran.

Pour sa deuxième participation aux prestigieux 500 milles d’Indianapolis qui auront lieu le 26 mai, Alonso, 37 ans, n’est pour l’instant pas gâté.

Vlan dans le mur

Sa première journée d’essais libres mardi a été écourtée par un problème électrique. Le lendemain, il a perdu le contrôle de sa monoplace qui a percuté les murets de sa sécurité à trois reprises.

PHOTO THOMAS J. RUSSO, USA TODAY SPORTS

Fernando Alonso au départ des puits lors des essais de mardi.

En trois journées, il n’a totalisé que 96 tours et affiche pour meilleur résultat le 29e chrono de la sa journée de mercredi.

La décision de McLaren de préparer sa propre monoplace avec le soutien de l’écurie Carlin Racing n’est pour l’instant pas couronnée de succès.

Pour sa première participation à l’épreuve, en 2017, Alonso avait intégré l’écurie Andretti, l’une des références du Championnat IndyCar.

PHOTO DARRON CUMMINGS, AP

Fernando Alonso en sera à sa deuxième tentative aux 500 milles d'Indianapolis. Pour l'instant, ça n'augure pas bien.

Il avait joué les premiers rôles durant la course, avant d’être contraint à l’abandon sur casse moteur à une vingtaine de tours de l’arrivée.

Alonso tentera de devenir le deuxième pilote après le Britannique Graham Hill à remporter la Triple Couronne du sport automobile, après ses succès dans le Grand Prix de Monaco en F1 et dans les 24 Heures du Mans en endurance.