Notre collaborateur répond aux questions des lecteurs

Publié le 15 mai
Éric LeFrançois
Éric LeFrançois Collaboration spéciale

Sage d’attendre

J’ai une Nissan Leaf SL 2018, dont la location vient à échéance en mars 2023. J’avais opté pour la location puisque la batterie longue durée n’était finalement pas offerte. Cependant, des ennuis de santé depuis décembre 2020 ont fait que j’ai très peu roulé et que je ne suis pas vraiment en mesure d’entreprendre un magasinage précoce parmi l’offre électrique, malgré les défis actuels de disponibilité. Avec 21 000 km au compteur et une valeur de rachat de 12 075 $, serait-ce une bonne idée de l’acheter pour me donner de la flexibilité ? Sinon, quels sont les meilleurs choix comparables en électrique ?

Anne B.

Dans le contexte actuel (faible approvisionnement), considérant votre faible kilométrage et le prix demandé, pourquoi ne pas l’acheter ? Vous aurez ainsi la possibilité de réfléchir plus longuement à vos besoins de mobilité et de prendre une décision plus éclairée face aux choix qui s’offriront à vous. Plusieurs nouveaux véhicules électriques débarqueront sur le marché dans les prochains mois et années.

Une clarification

PHOTO FOURNIE PAR HÉLIO

Il faut suivre les recommandations du constructeur du véhicule pour savoir s’il est en mesure de tracter une roulotte.

Lorsque vous écrivez qu’une voiture n’est pas conçue pour du remorquage, est-ce que cela vaut également pour l’installation d’un support pour vélos électriques ?

Yves B.

À ne pas confondre. Il n’y a aucun problème à installer un support à vélos ou encore une galerie de toit, par exemple. La capacité de remorquage fait plutôt référence à la capacité du véhicule de tracter une remorque, une embarcation ou une roulotte.

La différence

PHOTO NATHAN LEACH-PROFFER, ASSOCIATED PRESS

Toyota bZ4X

J’ai lu votre banc d’essai sur le bZ4X et vous rapportez qu’il n’aura aucune capacité de remorquage. Selon le dépliant européen de Toyota, on parle d’une capacité de 750 kg. Il ne devrait pas y avoir une caractéristique différente, car la construction provient du Japon. D’où vient cette différence ?

Claude B.

Plusieurs facteurs (vitesse autorisée, système d’arrimage, législations, recommandations du constructeur, etc.) expliquent les disparités entre l’Europe et l’Amérique du Nord, même si le véhicule prend naissance dans la même usine d’assemblage. Voilà pourquoi il faut s’assurer de la source de l’information. Cette question a été soulevée à plusieurs reprises et encore tout récemment dans notre banc d’essai du Kia EV6 pour lequel des publications nord-américaines avaient publié, à tort, les données européennes.

Une décision à prendre

PHOTO FOURNIE PAR SUBARU

Subaru Outback

Nous cherchons un nouveau véhicule, mais on hésite à choisir un VUS pour le côté écologique et la mauvaise visibilité au volant. Par contre, le choix pour des familiales est pratiquement inexistant. On pense à un Mazda CX-30 ou à un CX-5, ou peut-être à l’Outback de Subaru, même si elle est un peu chère pour notre budget. On garde nos véhicules longtemps et on aimerait concilier fiabilité et plaisir de conduite. Idéalement, j’aimerais trouver une hybride. Que nous conseillez-vous ?

Anne J.

La mauvaise visibilité au volant ? La position de conduite surélevée d’un VUS contribue au contraire à offrir une meilleure visibilité. Cela dit, l’Outback représente un choix très intéressant. Mais si votre portefeuille grimace, pourquoi ne pas songer au futur Corolla Cross hybride de Toyota (sortie prévue à l’automne) ?