Avant de prendre la route pour une destination, il est toujours agréable de pouvoir estimer quel sera le temps requis pour s’y rendre. Or de nos jours, avec des routes trop souvent engorgées et le risque de plus en plus fréquent de se retrouver au milieu d’un embouteillage, le calcul n’est pas toujours facile à faire. Parfois même impossible.

Publié le 26 janvier
BERTRAND GODIN Collaboration spéciale

Ce type de problème peut cependant désormais se résoudre aisément avec une technologie qui épargne plusieurs tracas aux usagers de la route. Il s’agit d’un nouveau système baptisé « Information trafic en temps réel avancé » (ITTRA pour les intimes), un service d’information qui fournit des renseignements d’une précision encore inégalée sur la vitesse des véhicules qui circulent sur les routes les plus fréquentées et les plus imprévisibles en matière d’embouteillages.

On parle ici d’un service qui permet de voir venir la congestion sur les routes et autoroutes de 70 pays, qui se faufile jusque dans les centres-villes et qui couvre plus de 100 villes du monde sur tous les types de voies, des routes de campagne jusqu’aux autoroutes en passant par les voies urbaines.

Cette technologie vous est peut-être familière puisqu’un service de trafic en temps réel existe déjà. Il fournit des informations à la minute près sur les flux de circulation, permet de calculer notre itinéraire en fonction du trafic et d’estimer notre heure d’arrivée.

L’ITTRA va toutefois plus loin et permet au conducteur d’être informé de la circulation à 100 m près, rien de moins. Il calcule les retards et recommande les détours à faire pour se faciliter la vie. Bref, il permet à l’usager de la route de choisir les meilleurs itinéraires à sa portée pour se rendre à la destination souhaitée.

Mais encore, la communication se transforme. Avec l’ITTRA, elle ne se fait plus entre les usagers, mais entre les véhicules et la route, une clé essentielle pour une conduite en toute sécurité.

Communication et sécurité font bon ménage

Certains conducteurs connaissent déjà des applications telles que Waze, qui permettent à quelqu’un d’aviser manuellement les usagers de la route de l’existence d’un débris sur la chaussée, ou même de les prévenir d’une présence policière sur telle ou telle voie. Or aujourd’hui, aucune manipulation n’est requise puisque ce sont des capteurs installés à l’intérieur des véhicules qui font le travail de manière automatique, et qui transmettent l’information directement.

Grâce à tous ces capteurs et à la communication des données, les conducteurs seront plus que jamais avisés des dangers potentiels. Pensons à un endroit où la route est recouverte de glace noire, par exemple, ou à cet autre secteur où on a détecté la présence de chevreuils. Avisés des mètres, voire des kilomètres à l’avance, les conducteurs pourront anticiper le danger et modifier leur conduite avant d’arriver en zone dangereuse.

Être en mesure de voir venir un danger permettra aux conducteurs d’éviter bon nombre d’accidents. Cette communication entre la route et les voitures est la voie de l’avenir. Elle permet de mettre notre attention au bon endroit, au bon moment. Ultimement, elle sera plus précieuse que n’importe quel panneau routier.

Une technologie signée HERE

C’est la firme HERE Technologies, plateforme mondiale de données et de services de localisation, qui a annoncé ce nouveau service amélioré en octobre dernier.

Pour être optimale, sa technologie collecte chaque jour des milliards de points de données GPS en exploitant quelque 150 fournisseurs de données de sonde différents et plus de 100 sources d’évènements. C’est sans compter les données qu’elle recueille à partir des fameux capteurs provenant de millions de véhicules connectés.

Le service est accessible au moyen d’un abonnement offert sur la plateforme HERE, avec des tarifs à la carte ou au mois. Pour le moment, le service est offert gratuitement, sinon à des coûts minimes.

Les avantages collatéraux

Toutes ces données, qui aident à cerner comment les véhicules se déplacent sur le réseau routier, ont de quoi faire le bonheur des automobilistes, mais s’avèrent aussi drôlement utiles pour plusieurs autres types d’utilisateurs.

On n’a qu’à penser aux entreprises des secteurs de l’automobile et du transport routier, voire aux employés qui travaillent pour les villes. Tous s’en servent à leur manière pour cerner les schémas de mobilité sur nos routes.

La technologie permet d’améliorer la planification urbaine, la gestion des infrastructures et la synchronisation des feux de circulation, tout comme elle peut améliorer la sécurité publique par une connaissance précise des risques liés à la route.

Une fine analyse de la circulation est précieuse de nos jours. Elle l’est d’autant plus dans le contexte de pandémie que l’on vit, avec tous ces épisodes de confinement et de travail à domicile qui modifient les habitudes de circulation partout dans le monde. Comme quoi la technologie se colle à notre ère de manière particulièrement adaptée.