Le groupe de gaz industriels et médicaux Air Liquide va construire au Canada un électrolyseur, présenté comme le plus grand au monde avec sa technologie, pour produire de l'hydrogène décarboné, c'est-à-dire non issu de la pétrochimie.

AGENCE FRANCE-PRESSE

D'une capacité de 20 mégawatts, cet électrolyseur-qui produit de l'hydrogène grâce à l'action d'un courant électrique dans l'eau-sera installé sur le site de Bécancour d'Air Liquide et augmentera de 50 % la capacité actuelle de production d'hydrogène du site, détaille le groupe dans un communiqué.

Il sera doté d'une technologie à membrane échangeuse de proton, développée par Hydrogenics, société canadienne spécialiste des équipements d'hydrogène et des piles à combustibles dans laquelle Air Liquide a pris une participation de 18,6 % le mois dernier.

Bécancour est sur la rive sud de Trois-Rivières, où se trouve l'Institut de recherche sur l'hydrogène de l'UQTR. C'est là que se trouve un des rares postes d'avitaillement en hydrogène pour automobiles au Canada et, par surcroit, un des rares véhicules à hydrogène au pays (un Hyundai Tucson électrique alimenté par une pile à combustible).

Pour la mobilité et les marchés industriels

« Cet investissement permettra de continuer d'assurer l'approvisionnement en hydrogène décarboné pour les marchés industriels et (celui) de la mobilité d'Air Liquide en Amérique du Nord », a expliqué Michael J. Graff, directeur général adjoint d'Air liquide, cité dans le communiqué. 

Rappelons qu'à Paris, Air Liquide s'est associée avec Toyota et la Société du Taxi Électrique Parisien au sein d'une co-entreprise, HysetCo, dédiée au développement de la mobilité hydrogène en région parisienne. La compagnie travaille au déploiement de 600 taxis Toyota Mirai à hydrogène dans la région parisienne d'ici 2020.

L'investissement d'Air Liquide à Bécancour, dont le montant n'a pas été dévoilé, confirme les efforts du groupe français pour développer des technologies moins émettrices de CO2, afin de produire de l'hydrogène, un gaz déjà très utilisé dans l'industrie et qui commence à émerger dans les transports. 

Le groupe français a déjà installé des stations d'approvisionnement en hydrogène dans plusieurs pays et développe des sites, pilotes ou plus avancés, de production d'hydrogène décarboné par électrolyse de l'eau.

Avec La Presse

Une centaine de taxis Toyota Mirai à hydrogène sont déjà déployés à Paris par une coentreprise appartenant en partie à Air Liquide et Toyota.