À quelques détails près, cette Ford ressemble à toutes les autres Focus. Tout comme cette Smart d'ailleurs. Pourtant, ces deux véhicules n'ont ni réservoir d'essence ni pot d'échappement. Toutes deux fonctionnent uniquement à l'électricité.

Éric Lefrançois, collaboration spéciale LA PRESSE

Des deux, la Focus Electric est actuellement la seule visible chez les concessionnaires. La Smart ne tardera cependant pas. Elle fera son entrée sur le marché dans quelques semaines seulement. Les deux promettent une autonomie assez semblable. La Focus, qui bénéficie de batteries plus puissantes, permet de parcourir quelque 160 kilomètres, une quinzaine de plus que la Smart. Voilà qui suffira à bien des automobilistes.

Attention aux piétons

Utiliser ce type de véhicule n'a rien de complexe. Au contraire, il se conduit comme n'importe quel autre et l'entretien est pratiquement nul. Pas de vidange d'huile, ni de bougies à remplacer. Son moteur, étonnamment souple, permet des accélérations et des reprises supérieures à bien des moteurs à essence. Toutefois, il faut surveiller les piétons, qui ne remarquent pas toujours la présence de ce véhicule totalement silencieux, mais aussi l'ordinateur de bord indiquant l'autonomie disponible.

Quant à l'opération de recharge des batteries, elle ne présente aucune difficulté particulière. Il suffit de sortir un câble du coffre, de le connecter sur le côté de la voiture après avoir ouvert une trappe, puis de le brancher sur une prise de courant classique. Ensuite, il faut attendre une quinzaine d'heures pour faire le «plein». Trop long? Il existe une méthode plus rapide (240V) qui permet de diviser le temps d'attente par deux, voire par trois.

Les prix demandés par Ford et Smart en feront tousser plusieurs, mais il importe de rappeler que la Focus Electric et la ForTwo Electric - comme les Mitsubishi i-Miev et Nissan Leaf - sont admissibles à un rabais gouvernemental de 8000$.

Photos fournies par Smart

La Smart ForTwo Electric Drive.